[CRITIQUES] oRCondor – Motoriste / Machine – L’Écurie (2012)

oRCondor – Motoriste / Machine – L’Écurie (2012)

Le groupe nous présente le premier vinyle 7 pouces d’une série de quatre à paraître sur l’Écurie. C’est quoi Orcondor ? Du post-punk francophone planant que tu risques d’entendre pas mal parler dans les temps à venir. Un mélange inspiré bien de chez nous qui offre un son qu’on n’est pas habitué d’entendre dans le coin, et encore moins en français.

Ça rafraichit. Les guitares sont enivrantes, parfois lointaines, parfois directes. Les effets sont utilisés à merveille pour donner un bruit distingué qui flatte l’oreille. Ils passent de longues minutes en session de jam, sans jamais tomber dans l’ennui. Au contraire, on se laisse bercer au son des mélodies exaltantes qui parfois frôlent un chaos bien dirigé. La voix reste dans le même registre, elle est écartée, mais vient compléter à merveille le travail des quatre musiciens. Ça résume Motoriste, le premier titre du vinyle.

Avec Machine, on reste dans la même optique du planage, tout en étant un peu plus rock. Quand la chanson commence, t’as le droit à une symphonie déchaînée de quelques secondes. Après une courte accalmie, Orcondor repart de plus belle avec une impulsivité hors du commun. Le groupe réussi à merveille a transposer l’énergie et l’intensité des spectacles; directe sur ta table tournante. On n’utiliserai pas de comparaison, parce qu’on parle ici d’un groupe qui fait dans le singulier.

Le résultat? T’en veux plus. Mais patience, le prochain devrait sortir dans pas trop longtemps. Pour le moment, rabats-toi sur les deux pièces. Réécoute-les, parce qu’à chaque fois tu peux avoir une surprise. Un petit détail subtil qui fait une grosse différence.

Clique ici pour commander ta copie du 7 pouces