[CHRONIQUES] Retour sur le Vans Warped Tour 2012

Vans Warped Tour 2012

Pour être honnête, l’envie d’aller au festival n’était pas tellement au rendez-vous cette année. Sans doute, parce qu’un peu comme tous ceux qui allaient au Vans il y a 10 ans, le style musical a grandement changé et nous intéresse beaucoup moins. Bien entendu, ce sont surtout les jeunes qui vont au Vans Warped Tour, donc c’est pourquoi les groupes suivent un peu plus la tendance, on comprend, on n’en fera pas de cas non plus.

La suite de la chronique sera à la première personne, différemment de ce que nous avons l’habitude de faire. Pourquoi? Parce que je veux dire ma vision des choses sans inclure les autres membres de l’équipe là-dedans.

Au début de la journée, c’était un peu le chaos, la sécurité et le personnel ne semblaient pas vraiment prêt, sans doute le fait que le site était dans une différente partie du parc Jean Drapeau, m’enfin, je crois. Tous ceux qui sont allés au Vans dans leur vie seront d’accord avec moi ; soit il fait trop chaud, soit il pleut des cordes. Oui, il faisait extrêmement chaud, c’était humide et collant, mais c’était quand même le meilleur choix entre ça et de la pluie.

J’étais tellement perdu à mon entré sur le site, comme j’ai mentionné plus haut, c’est sur un site différent de ce que j’étais habitué, j’ai profité du fait que le festival était encore vide pour faire quelques tours et m’habituer au nouveau set-up. Je me suis dirigé vers le gros coussin gonflable avec l’horaire, j’ai noté les bands que je considérais comme les plus intéressants de la journée et j’ai entamé ma journée au Vans Warped Tour 2012. 

13:00 – Laureate @ tente Acoustic Basement

Après m’être fait donné un paquet de cartes magic (what?), je me suis dissimulé sous la tente Acoustic Basement pour y voir quelques prestations acoustiques (et me cacher du soleil).

Le premier groupe était Laureate, un band bien de chez nous qui nous offrait un set acoustique. Arborant un look d’été (lunette de soleil et bermuda), les membres de Laureate nous ont offert une prestation sympathique, parfaite pour débuter un festival sous le gros soleil Montréalais. Le son pop punk acoustique des instruments et les harmonies de voix du groupe ont su attirer une bonne trentaine de personnes qui semblaient apprécié. En tout cas c’était mon cas, ma journée commençait bien.

En passant, le groupe nous a annoncé un nouveau EP intitulé « Leave the light on » pour cette automne.

13:35 – Koji @ tente Acoustic Basement

Il était toujours assez tôt, et aucun band sur les stages principaux ne m’intéressaient, donc je suis resté sous la même tente. Le prochain musicien était Koji. Un chanteur guitariste avec un talent qui se fait bien ressentir. Celui-ci nous offrait un son assez pop, très bien travaillé.

Une quinzaine de personne de plus se sont ajouté au groupe déjà présent pour l’accueillir. Les gens semblaient le connaître, ce qui surprenait le musicien. Je crois que c’était sa première fois dans le coin. Malgré le bris d’une corde, Koji a su faire embarquer la foule avec quelques back vocals sympathiques qui ont ajouté un peu de feeling à l’ambiance. De ce que j’ai vu et entendu, Koji est un gars très vrai, très reconnaissant de sa chance et des gens qui l’entourent.

Une belle découverte pour moi et pour ceux qui adorent l’acoustique.

2:10 – Geoff Rickly @ tente Acoustic Basement

Le nom vous dit quelque chose? Laissez-moi vous aider à mettre le doigt dessus, Geoff Rickly est le chanteur du fameux groupe Thursday.Geoff Rickly

J’étais curieux de voir ce qu’il avait à nous offrir, je veux dire, un show acoustique de l’ancien chanteur d’un groupe qui a quand même marqué son époque et le style musical à lequel il était associé, c’est à surveiller. La foule c’était pas mal compacté, et à voir la réaction de celle-ci, plusieurs personnes l’attendaient de pied ferme.

Pour ma part, je suis un peu resté sur ma faim, je m’attendais à quelques choses d’un peu plus intense. Geoff nous a majoritairement joué des chansons très smooth, à la limite dépressive. J’ai trouvé ça un peu lourd pour commencer une journée de festival. Je n’enlève rien au gars, mais je n’étais vraiment pas dans le mood. Par contre, les gens présents semblent avoir vraiment appréciés.

Point positif : Geoff a annoncé qu’il retournait aux sources plus DIY et qu’il laissait tombé les compagnies de disque. J’aime ça, on aime ça!

Je suis ensuite allé me promener vers les gros stages, questions de voir ce qui se passait là. Misère, c’est crowdé comme pas possible, je suis pris dans un trafic humain à côté de bands de je sais pas trop quoi, ça ressemblait à du disco-hardcore avec des guitares pianos. J’ai frôlé le suicide.

15:15 – Polar Bear Club @ scène Tilly’s 

Polar Bear ClubAprès m’être sauvé des deux gros stages, je suis retourné vers les scènes moyennes. Je voulais voir Polar Bear Club. À mon arrivé, j’ai vu une foule assez modeste. Je ne comprenais pas, parce que je me disais « Enfin, un groupe un peu punk rock », mais semble que c’est pu vraiment ça qui attire le monde au Vans.

Fait assez drôle, j’ai remarqué que la plus part des vieux punk rocker dans la mi-vingtaine c’était rassemblé. On essaie d’être nostalgique comme on peut. La performance du groupe était très bonne en générale, malgré un son plutôt ordinaire. Le chanteur est une vraie bête de scène et ils ont su faire bouger la foule.

16:10 – Taking Back Sunday @ scène Kia Soul

Pour ce show-là, j’avais le choix entre Every Time I Die et Taking Back Sunday. Plusieurs me diront que j’ai fait un mauvais choix, mais j’ai tellement vu ETID souvent en show et j’ai tellement été dans la génération qui ont aimé les douceurs de TBS que mon choix n’a pas été si compliqué que ça. J’ai été très surpris de voir que plusieurs de mes amis avaient eu exactement la même idée que moi.

Taking Back Sunday est un groupe que j’ai écouté surtout quand j’étais assez jeune, donc lorsqu’ils ont commencé avec des nouvelles tounes, j’ai été complètement perdu. Ça ne ressemblait pas au groupe que je connaissais. Malgré tout, ils ont joués quelques vieux succès, qui m’ont permis de me casser la voix un peu en compagnies de mes potes. Amusant.

Pour les filles, Adam Lazzara est toujours aussi beau et bon avec son micro (!).

16:45 – Streetlight Manifesto @ scène Kia Rio

J’étais curieux pour ce show-là, j’étais curieux de voir un des seuls, sinon le seul groupe ska de la journée. Surprise, surprise. Le ska n’est pas mort à Montréal, c’était le party, c’était festif à souhait, j’avais l’impression d’être vraiment au Warped Tour.

Le show était excellent, la foule était excellente. Tout le monde semblait s’amuser. Les ballons de plages s’faisaient aller, comme qu’y dirait. Le groupe s’est même permis quelques échanges en français avec la foule durant leur set. Agréablement surpris.

Vans Warped Tour 2012

17:20 – Yellowcard @ scène Kia Soul

Bon, avant tout, je veux mettre quelque chose au clair. Je ne suis pas vraiment un fan de Yellowcard, en fait c’était supposé être Four Year Strong à cette heure-là. Je suis resté quand même, je n’avais pas particulièrement envie de retourner dans la marée humaine qui se dirigeait ailleurs.

Les gars ont donné un bon show malgré tout, les gens ont appréciés, les gens sautaient dans les airs. Le chanteur s’est même permis un bain de foule. Ils ont terminé le set avec Ocean Avenue, j’ai chanté, guilty as fuck.

17:55 – Anti-Flag @ scène Kia Rio 

J’appréhendais le moment où j’allais voir Anti-Flag et le fauxhawk de Justin Sane avec impatience. Je veux dire, j’étais sûr que ça allait lever et Anti-Flagque j’allais chanter un peu.

J’avais bien raison, les gars sont encore en forme et ont livré une performance solide et sincère. Un set parsemé des belles faces du drummer d’Anti-Flag, c’est toujours gagnant. De plus, ils ont commencé le show avec Fuck Police Brutality, une pièce bien d’actualité à Montréal. Je trouve toujours drôle que les gars prennent le temps d’expliquer aux plus néophytes que quand quelqu’un tombe dans le pit, il faut le ramasser! Je présume que c’est un peu leur mission, éduquer les plus jeunes sur ce que c’est (Ou ce qu’étaient) les shows punk rock.

Lors d’un des nombreux speech du groupe, ils nous avertissent que la prochaine chanson allait nous faire chier dans nos culottes. Si j’avais pu, je leur aurais dit que c’était déjà fait, mais ça, c’était surement à cause du hamburger deluxe louche que j’ai mangé juste avant. Les gars ont fini ça en beauté, en déménageant les instruments sur le parterre, devant la foule et en y jouant la dernière chanson.

Excellente prestation, même si Seatle Was A Riot a manqué à l’appel.

18:55 – Blood On The Dance Floor @ scène Kia Soul

J’ai pris une petite pause de décibels après le show d’Anti-Flag, sans vraiment savoir ce qui s’en venait juste à côté. J’étais clueless.

Quand les gars(?) et filles(?) de Blood On The Dance Floor ont commencé à jouer, j’ai vraiment éclaté de rire pendant quelques minutes. C’était incontrôlable, c’était tellement ridicule. Soudainement, je me dis que je devrais battre en retraite, foutre le camp, mais j’aperçois au loin, mes amis de Prevenge et Sober Dawn en train de tripper comme des malades devant le spectacle que Blood On The Dance Floor leur donnait. Preuve à l’appuie :

Prevenge / Sober Dawn

J’étais donc dans l’obligation de regarder le set au complet, de voir le chanteur se faire grinder le poteau, de voir Jeffrey Star faire une apparition, de voir les jeunes se faire décharger dessus à grand coups de canon à cumshot. C’était horrible. J’ai frôlé le suicide pour la deuxième fois de la journée. Je vous invite à aller voir des vidéos sur youtube, c’est tellement plus drôle que nos humoristes de toute façon.

19:45 – Four Year Strong @ scène Kia Soul

Four Year StrongC’est avec excitation que j’attendais Four Year Strong, je l’avoue, j’ai un gout pour le pop hardcore très présent.

Le show en général était très dynamique, les gars du band étaient très agressifs. Agressif dans le sens que j’avais l’impression que le costaud chanteur venait de se rendre compte qu’il jouait un hardcore assez pop et que beaucoup d’enfants accrochaient à leur musique et que ça ne lui plaisait pas tant que ça finalement. Mais ça, t’aurais dû y penser avant.

Il y a aussi probablement eu le plus gros circle pit de la journée. Le chanteur a ordonné aux gens de partir ça, et la foule à quand même bien répondu à l’appel. La poussière a levé en masse, j’ai mouché pis craché brun en masse.

20:25 – Title Fight @ scène Monster Energy

Je ne connaissais pas vraiment Title Fight, je veux dire, j’avais déjà entendu le nom quelque part. J’étaisTitle Fight certain que c’était un band de gros hardcore oldschool straight edge jusqu’à l’os, mais j’avais tout faux. En fait, je dois avouer que ce fut sans doute ma plus belle découverte du festival. C’est gars-là m’ont apparu comme des gars complètement authentique. Un bon punk hardcore rassembleur. Un band et des musiciens vrais.

Malgré la fatigue qui apparaissait sur le visage des membres, Title Fight ont donné un show assez sobre, mais excellent, sans faire dans la dentelle. La modeste foule qui s’y était donné rendez-vous a semblé appréciée. Un show vraiment puissant.

Finalement, c’est clair que je vieillis, c’est clair que je ne suis pas nécessairement un fan des nouvelles tendances musicales, mais je crois que le Vans Warped Tour reste une belle journée de musique pour pas trop chère. Clairement, j’ai vu des trucs abominables et complètement ridicule, mais je crois que ça fait malheureusement parti de la game et qu’il est possible d’en faire abstraction et de se faire du fun quand même.

Merci à Max Brown et Mathias pour la crème solaire. À l’année prochaine (On verra)!

Karl

Pour voir toutes les photos du Vans Warped Tour cliquez ici:  Album photo

Pour voir un vidéo acoustique de Make Do And Mend cliquez ici: Vidéo

Photos prises par Christine Lortie