[CRITIQUES] Cowards – Shooting Blanks And Pills – Throatruiner Records (2012)

Cowards - Shooting Blanks And Pills - Throatruiner Records (2012)

6 mois est la période sur laquelle le groupe parisien Cowards aura étalé la mise-bas de leur première (!) parution, le monumental Shooting Blanks And Pills qui vient tout juste de paraître sur Throatruiner Records. Comment est-ce possible? Un rapide coup d’œil au pedigree du groupe nous démontre que l’escouade est composée de vétérans ayant servis entre autres dans les excellents groupes Sickbag et Death Mercedes. On est donc entre des mains expertes en ce qui concerne le terrorisme auditif. Alors ferme les yeux, serre les dents et prend une grande respiration, ça va faire moins mal. Pour les plus expérimentés, on suggère de regarder la bête droit dans les yeux pendant qu’elle vous lacère les entrailles. Surtout, restez calme. Ce truc se nourrit de votre peur!

Pour habillement situer Cowards dans son identité sonore, pas besoin de regarder plus loin que la grotesque liste de frères d’armes avec qui ils partagent l’écurie de Throatruiner Records. Du sludge cru et vicié, une atmosphère suffocante et une présentation visuelle percutante sont de nouveau au rendez-vous.

La première pièce que vous pourrez entendre sur cet album s’intitule Hoarse From The Get Go. Un titre très approprié car c’est définitivement très rauque dès les premiers instants et le groupe ne déviera de cette approche qu’en de très rares occasions au courant de l’album. Chaotiques mais toujours dans une groove verrouillée, le groupe nous amène dans les recoins les plus sombres du psyché humain et nous bombarde sans relâche de concepts pessimistes et d’images de désolation urbaine. C’est tellement sombre et malsain que la seule façon d’en parler en bien, c’est d’en dire du mal. Même le communiqué de presse qui signale l’arrivée de l’album le décrit comme ‘une apnée forcée dans une piscine de bile’…

Pas pire, pas pire. On n’aurait pas pu mieux dire, sinon qu’il manque un peu de sang dans votre piscine.

Shooting Blanks And Pills est donc un bon album qui ne dévie pas du tout de ce à quoi nous aura habitué leur label. On sait que l’on peu avoir confiance en Throatruiner pour nous offrir le meilleur du meilleur en ce qui concerne l’Europe chaotique et dépravée. À bon entendeur : les fans de Nesseria, Plebeian Grandstand, Deathspell Omega et Eyehategod y trouverons forcément leur compte.

Pour un auditoire avertit.

Streaming
Achat en ligne