[CRITIQUES] Ceremony – Zoo – Matador Records (2012)

Ceremony – Zoo – Matador Records (2012)

Imagine-toi au beau milieu de la Californie vers la fin des années 1960. Le surf, les tripes de drogues surréalistes et les débuts d’une nouvelle musique à saveur de décadence et d’excès. Une nouvelle société, des nouvelles idées et tout. Dès les premières notes, c’est ce que le petit dernier de Ceremony nous fait penser.

Le problème, c’est qu’ils étaient en train de devenir les rois d’un hardcore teinté d’ultraviolence, notamment avec Violence Violence. Comme si Black Flag était sorti de leur tombe pour nous balancer des nouvelles pièces. Donc, si tu étais un fan incorruptible de Ceremony, c’est évident que Zoo est un désappointement total pour toi. On s’en doutait déjà un peu en voyant que le groupe signait sur le mitigé Matador Records.

Toutefois, si tu essaies d’être neutre et de comprendre que le groupe voulait passer à autre chose, comme il te l’annonçait avec la chanson Into The Wayside part 1 – Sick, tu réalises que même si ça n’a vraiment pas l’air du même groupe, ça s’écoute vraiment bien. Moins garroché, plus travaillé, Zoo n’est pas facile d’approche. Un grower qu’on appelle.

Tranquillement, on réalise que l’album est tout autant dégénéré que le travail précédent, mais dans une nouvelle perspective. Il ne pouvait pas sortir un deuxième Violence Violence. Ceremony part en exploration sur Zoo, une expérience qui nous apparait disjonctée. Ils revisitent les bases mêmes du style punk-hardcore. Sur l’album, il existe de vrais petits bijoux comme Repeating The Circle ou Ordinary People. Des titres qui seraient probablement autant vénéré que nos très chères classiques si l’album était sorti 40 ans plus tôt. Zoo sent vraiment la débauche.

Avant de commencer ton écoute, essaie de ne pas penser aux autres albums. Dis-toi que c’est un nouveau groupe que tu n’as jamais entendu et on t’assure que l’écoute sera agréable. Pour les puristes, je comprends votre rage, surtout lorsqu’on voit le groupe ouvrir pour Bloc Party.

Ceremony sera présent au Death church le 13 septembre à Montréal avec Salvation. Un show plein de saleté garantie !