[CRITIQUES] Gulfer / Fago.Sepia – Split (2012)

Gulfer / Fago.Sepia - Split (2012)

Le jeune groupe montréalais Gulfer nous présente un split album avec le groupe aguerri qu’est Fago.Sepia. Un son très math rock qui nous rappelle la vague 90’s mid west. Un son en pleine émergence ces temps-ci.

Pour vous situer, Gulfer s’inspire de groupes comme Algernon Cadwallader et Glocca Morra. Leur son est tout aussi entrainant, malgré qu’il soit beaucoup plus smooth que ses frères du sud.

Les gars du groupe sont jeunes et plein de talent. Pour les avoir vu en show, ils sont impressionnants. Le guitariste, qui est aussi le chanteur principale, se permet du finger tapping durant la grande majorité des tounes, tout en chantant en même temps. Il doit à lui seul, atteindre le demi-million de notes en un seul show.

Leur côté d’album reflète bien le groupe ; des chansons humbles, sympathiques et accrochantes, sans être trop pop. Comme mentionné, la guitare est le point fort du groupe, c’est elle qui fait le plus gros de la job, mélodie par-dessus mélodie. Même si votre oreille musicale n’est pas très développée, il est à peu près impossible de ne pas remarquer la rafale de notes qui s’abat sur nous lors de l’écoute.

Le trio est sans aucun doute un beau bijoux de la scène locale, il permettront, on l’espère, de mettre Montréal sur la map pour ce type musical.

Point fort : Le nom des chansons.

De l’autre côté, on retrouve le groupe français Fago.Sepia. Un groupe qui roule sa bosse depuis déjà plusieurs années, et ça parait. Il nous offre un son encore une fois très math rock et planant. Les trois chansons du groupe sont tellement bien ficelées, bien punchées et tellement tight qu’il est facile d’avoir l’envie de les réécouter immédiatement.

Les chansons Quinze et Dix-huit sont ceux qui nous donnent envie de bouger, tandis que Dix-neuf est beaucoup plus space, une chanson simplement feel good.

L’expérience du groupe est indéniable, c’est excellent.

Si à la première écoute, le genre musical ne vous rejoint pas, laissez-vous quelques écoutes et vous comprendrez ce qu’on voulait dire.

En plus, le artwork de l’album est juste trop incroyable. Où est notre copie ?!

Karl