[CHRONIQUES] Cinq raisons de ne pas manquer le Pouzza Pelouzza

Pouzza Pelouzza - 1er septembre - Lavaltrie

Le Pouzza Pelouzza arrive à très grand pas et on a décidé d’offrir une chronique pour te convaincre d’y aller avec nous.

1-      D’abord, parce qu’il va avoir plein de bons groupes de musique. On parle évidemment ici de Anti-Flag, Les Vulgaires Machins, Planet Smashers, The Toasters et Dear Landlord (ils viennent une fois au 2 ans, c’mon !). En plus, tu vas avoir tous les héros de la scène locale, dont Dig It Up!, The Hunters et surtout les Brixton Robbers qui feront leur dernier show à vie. Pour avoir vu leurs avant-derniers spectacles la semaine dernière, tu ne veux vraiment pas manquer ça !

2-      La fin de l’été arrive, donc c’est vraiment ta dernière chance de boire une bonne bière au soleil et de ne pas penser à toute la merde qui s’en vient.  Il va avoir du skate et du wakeboard, une vraie façon de terminer son été en beauté en chillant avec des lunettes de soleil. Et pis en allant à Lavaltrie, ça te donne un feeling de dernier roadtrip de l’été. Une belle petite ville en passant.

3-      On va garder ça simple, il va y avoir de la boisson. Quoi de mieux que du punk et de la Pabst Blue Ribbon. Si tu te sens un peu plus funky, l’évènement est même commandité par le rhum Sailor Jerry.  Donc que tu sois fancy ou non, il y en aura pour tous les goûts. Aussi, parce que tout le monde aime manger, il y aura un amalgame de plat pour remplir ton estomac qui gargouille.

4-      À la fin de la journée tu vas surement être crevé et avoir les oreilles qui sillent. Eh bien voici notre solution : un show acoustique à deux pas du site dans la charmante salle la Chasse-Galerie. Il y aura Dominic Pelletier (le gars cute des Hunters),  Inside Riot en version acoustique, Shine on Pacific et Greg Laraigne (un maudit bon gars !).

5-      La dernière raison de ne pas manquer le Pouzza Pelouzza : ca va te faire patienter avant le prochain Pouzza Fest, parce qu’il reste seulement neuf mois avant la prochaine édition et qu’on trouve déjà ça beaucoup trop long.