[CRITIQUES] Birds In Row – You, Me & The Violence – Deathwish Inc. (2012)

Birds In Row - You, Me & The Violence - Deathwish Inc. (2012)

Dernièrement, Deathwish a su nous impressionner en signant des groupes venant d’Europe qu’on n’aurait probablement jamais entendu parler ici, par exemple Oathbreaker ou Rise And Fall (deux groupes belges d’ailleurs). Même chose de notre côté de l’Atlantique, avec les génies de Deafheaven. Encore une fois, l’étiquette nous revient avec un nom qui risque de déplacer beaucoup d’air : Birds In Row.Un groupe qui vient de Laval en France offre un hardcore bien brutal combiné à une sensibilité mélodique bien apprêtée.On pense immédiatement aux groupes comme Converge, mais en plus doux. Après deux EP, le groupe nous présente sont premier album complet.

Dès les premières notes, on essaie de comprendre dans quoi on s’embarque. Difficile ici puisque les influences sont multiples et ça représente un amalgame de groupe qui nous rend fous. Ce qu’on peut dire, c’est qu’au niveau musical, ça ressemble a l’intensité de IV de Loma Prieta. Vraiment garroché! Du défonce bien métallique qui ne te laisse pas deux secondes pour respirer.  Au niveau du vocal, on penche vers le côté plus hardcore comme Defeater, puisque la voix n’est pas tant déchiré comme on y est habitué. Difficile de se prononcer sur une définition claire, mais assez facile d’y restée accrochée.

Ce qui est encore plus surprenant avec Birds In Row, c’est que malgré des chansons chaotiques de même pas deux minutes qui ne laisse pas leurs places, le groupe a su transférer la violence à un autre niveau. On parle ici de la dernière chanson de l’album Lovers Have Their Say qui dure à elle seule 12 minutes. Un outro vraiment space et déconstruite, qui vient vraiment solidifier et cloitre You, Me & The Violence de la façon la plus efficace possible. La voix est lointaine, la guitare est subtile et bien placée et progressivement on nous transporte vers une tornade de distorsion. Cette chanson représente vraiment le plat de résistance de l’album.

Bien que le chaos soit toujours plaisant sur un album comme celui-là, il est toujours pertinent d’y ajouter une touche de douceur, pour venir augmenter le contraste. L’album est vraiment une surprise en soi, un mélange de désordre et de quiétude (par moment seulement, promit) qui vient nous faire du bien aux oreilles. Le style d’album que tu dois écouter plus qu’une fois, pour véritablement comprendre dans quel univers le groupe veut t’embarquer. Bonne chance !

Écoute des deux premiers EP réunies sous Collected LP, Vitriol Records :