[DÉCOUVERTES] Édition du 26 Octobre 2012 – Pendant que certains sont au Fest…

Les Vendredis Découvertes

JF se sent un peu (beaucoup) nostalgique de son voyage au Danemark et nous présente le groupe de post-rock instrumental danois The Day We Left Earth qu’il avait eu la chance de rencontrer et de voir live. Le groupe aux qualités cinématographiques offre un son qui donne plus dans le Explosions In The Sky que le GY!BE (plus romantique, moins complexe) et a le mérite d’être bien ficelé du début à la fin. Ça saura plaire aux mordus du genre autant qu’aux néophytes qui se cherche un point d’ancrage facile pour commencer à découvrir des groupes moins connu. Les 3 guitares et les samplings viennent donner une belle profondeur au son du groupe. Ça peut s’écouter comme musique de background, mais on conseil plus un éclairage tamisé et des écouteurs pour une efficacité maximale. Our Benefactors, qui vient clore l’album, est une pièce qui saura vous donner des petits frissons.

Une fois de plus, Karl ne nous surprend pas en choisissant un autre band français. Par contre, cette fois ci, ce n’est pas du crust, mais bien du punk hardcore a l’américaine. Le groupe dijonnais Splint! nous a approché dernièrement pour nous présenter leur album. C’était vraiment le moment le plus opportun pour nous le présenter, parce qu’on est pas mal dans ce mood là cette semaine. Sans doute parce qu’on est allé voir OFF! et Double Negative aux Foufs lundi.

Cette semaine, PM retourne aux sources avec un choix très punk rock en Caseracer. Les américains de Wilmington, pour être plus précis, nous offrent un punk rock très rassembleur truffé de sing alongs. Parfait pour une drunken night entre chums ou un bon show de sous-sol bien suintant. Ça devrait plaire aux inconditionnels de Kid Dynamite!

De son côté, Lambert nous transporte de l’autre bord de l’Atlantique avec le band de France, Direwolves. Un bon hardcore bien garroché qui n’est pas sans nous rapeller Modern Life Is War et Killing The Dream. C’est dark, à la limite du satanique lorsqu’on regarde la pochette. Ce qui surprend, c’est les petites touches de douceurs qui sont insérés dans les chansons ici et là pour nous offrir quelque chose de très méchant tout en étant bien contrôlé. De la musique qui va probablement vous plaire si vous êtes famillié avec le catalogue de Throatruiner Records!

Cette semaine, Aleck nous professe son amour pour Metz. Révélation pour plusieurs dans le cadre du festival Pop Montréal, lors de leur apparition au spectacle de Hot Snakes. Metz est un groupe de noise rock à l’accent grunge dressant la barre assez haute en la matière. Signé sur le légendaire label Sub Pop, les torontois de Metz ont su se démarquer très vite avec leur musique dérangeante . Vous pourrez voir l’agressivité que les 3 membres ont à donner jeudi le 22 Novembre prochain, au Il Motore . Pour vous donner une très bonne idée de ce qu’est Metz, allez écouter ce qu’ils ont dans le ventre via bandcamp (une bonne trollée de 7’’ et quelques démos) et procurez-vous le dernier album dès que vous en aurez l’occasion!

Cette semaine, on s’était mit comme mandat de faire ça plus diversifié que la semaine passé. On croit que c’est réussi. Laissez nous savoir ce que vous en pensez sur facebook!