[CRITIQUES] Bio Crisis – En Memoria Al Dolor – Replenish Records (2012)

Bio Crisis - En Memoria Al Dolor - Replenish Records (2012)

Pensez fort pendant un moment et essayez de voir combien de groupes punk, hardcore ou métal vous connaissez qui proviennent du Mexique? Vous avez du mal à y parvenir? On ne vous en veux pas! Mis à part les excellents Maladie, même nous on a peine à se remémorer quelque chose qui vient de ce coin du monde. Pourtant, une scène hardcore / punk DIY existe là-bas. Elle ne semble pas jouir des mêmes moyens et de la même facilité que celle que l’on connait de l’Europe ou de l’Amérique du Nord, mais les gens qui ont à cœur ce mouvement qui fait fi des frontières et des barrières linguistiques trouvent toujours le moyen de s’organiser.

Cette année, un groupe de Tijuana nommé Bio Crisis vient non seulement mettre la scène Mexicaine à l’honneur, mais également nous offrir un des meilleurs albums de crust mélodique de l’année. En Memoria Al Dolor (en mémoire à la souffrance) nous annonce ses intentions d’entrée de jeu avec la pochette et le logo du band. Avec ces monuments composé de fusils et de grenades géantes, d’une foule humaine zombifié et ce logo qui n’est pas sans nous rappelé le hardcore japonais, le premier long jeu du groupe s’annonce intense, dense et sans compromis. Malgré la quantité phénoménale de groupes s’exerçant dans le genre depuis les dernières années, Bio Crisis viens aisément tirer son épingle du jeu avec ce premier album qui, 4 ans plus tard, donne suite à leur premier demo en réenregistrant la totalité des morceaux de ce premier opus et en leur donnant un nouveau souffle avec une production studio phénoménale et bien équilibré (on doit quand même le mastering de ces 13 titres à Alan Douches). À ces 4 titres revampés viennent se greffer 9 autres pièces originales, dont deux pièces instrumentales.

Las Cosas Que Nos Destruiran vient introduire le groupe et démontré sa facette la plus calme avec une guitare clean aux apparences trompeuses. Une autre guitare, celle-ci bien saturée de distorsion, vient s’abattre sur la petite mélodie pendant que des samplings en espagnol viennent contribuer une ambiance qui ne laisse rien présagé de bon. Bien que la pièce ne dure que 3 minutes, elle est une petite épopée en soit et est une force mouvante qui nous propulse droit vers l’annihilation totale de Perdido En La Mentira. Si on avait pu jusqu’ici douter de la véhémence du quintet, cette première salve de destruction viendra confirmer les soupçons que l’on cultivait à leur égard. On nous sert un d-beat énormissime et violent qui nous rappellera l’intensité suédoise de Skitsystem tout en nous offrant la tangente mélodique européenne en pleine poire.

On diminue un peu la cadence avec Seguimos Muriendo pour un titre plus mid-tempo puis Erratum vient nous montrer que le groupe peut faire preuve de dynamisme au sein d’une même chanson en mariant le calme à la tempête. Tout au long de l’album, le groupe demeure d’une aggressivité exemplaire mais parvient tout de même à garder une identité mélodique assumée. On est de l’avis qu’un bon album comporte de 3 à 4 excellentes pièces et pas une mauvaise et c’est exactement ce que Bio Crisis réussit à accomplir avec En Memoria Al Dolor. Bien que le groupe ne soit pas des plus original, ils ont le mérite de s’exécuter avec une passion débordante. Les vocalises tantôt gutturales, tantôt râpeuses mais toujours enragés viennent couronner l’ensemble des instruments avec triomphe et cimenté l’album comme étant une des grandes réussites de cette année.

Si il n’y avait que 2 pièces à écouter de cet album, on ne saurait que trop vous conseiller d’écouter le combo d’Interludio & Restos De Nada. Cette première saura vous envouter avec son mariage de guitare claire et de violon qui comporte des propriétés cinématographiques pour créer une bonne ambiance épique. Pas le genre d’interlude que l’on skip, mais plutôt un des moments forts de l’album. La mélodie s’estompe et Restos De Nada arrive dans vos speakers. Possiblement la meilleure pièce de l’album, tout le monde dans le groupe y trouvent l’occasion de briller. Tantôt avec le vocal complètement dégénéré, une basse vrombissante et creuse, les duels de guitares ou le martèlement saccadé de la batterie, le groupe saura captivé des oreilles au-delà de la niche crust hermétique. En Memoria Al Dolor demeure constant en qualité jusqu’à la dernière note jouée sur l’album. Fans de punk, hardcore, métal… tout le monde y trouvera son compte à condition d’avoir une oreille encline.

Dans la plus fine tradition des Ekkaia, Ictus & Leadershit, Bio Crisis nous livre un classique moderne en devenir et une des pierres angulaire du punk Mexicain.

L’album est disponible en vinyl, CD & cassette via Replenish Records.