[DÉCOUVERTES] Édition du 15 Février 2013 – Pluie de météorites, Morphine, Zona & Lendemains de brosses.

Les Vendredis Découvertes

La découverte épatante de la semaine de PM comprend un membre du groupe screamo suédois Suis La Lune, connu pour leur énorme premier album Quiet, Pull the Strings! Le nouveau groupe de Henning, Sore Eyelids, va par contre dans une toute autre direction. Il y a définitivement une vibe shoegaze notable dans la musique, un univers à la fois sombre et rêveur (à la Anne), le tout agrémenté par une guitare s’approchant davantage d’un emo plutôt contemporain. Le groupe, comme vous l’aurez compris, offre donc un parfait mélange entre ce qu’on retrouve dans un dream-pop/shoegaze et une fougue plus emo/punk. C’est très inspirant à écouter. Un peu comme quand on a entendu Cloud Nothings pour la première fois… On avait l’impression de redécouvrir des origines enfouies, et remisent au goût du jour sous une nouvelle direction rafraîchissante comme une limonade en été. Merci beaucoup à David de Confluence pour cette excellente découverte!

La question que l’on peut maintenant se poser: est-ce qu’Oli aurait des tendances masochistes? Il ne cesse de recevoir des baffes de bands caustiques et sans merci. Et il en redemande toujours plus. Cette semaine, c’est une gracieuseté de Beatriz Carnicero, jeune formation de l’Uruguay oeuvrant dans la powerviolence. Exotique donc? Pas vraiment. Viscéral et catchy alors? Absolument à tout casser. De quoi nous faire revivre pleinement les belles années où l’étiquette Slap-a-Ham revitalisait l’underground mondial. Hit me baby one more time!

Pas du genre à cracher sur un band qui comporte de l’ancien (et courant) personnel de Protestant et Enabler, JF a trouvé le temps, au travers son horaire de mongole de cette semaine, de découvrir un excellent band de Milwaukee qui s’appelle Impatience. Plutôt facile de décrire le son de ce band-là: la guitare est apparamment distortionnée par une Boss HM-2 (you know… à-la Nails, Trap Them, etc) et le jeux du guitariste s’y prête en conséquence. C’est rapide, agressif, pas vraiment mélodique ni catchy. Juste des dudes fachés qui te régurgitent de la bille acide dans les oreilles pour ton plus grand plaisir. Ça nous rappelle une esthétique un peu plus Scandinave jumelée au muscle Américain. Tant qu’à y être, pourquoi vous allez pas vous acheter la cassette chez nos amis de Québec, Toys Of Disharmony Distro?

Eh oui, notre petit Karl est en souffrance. La cause? Du motherfucking ZONA. Chanceux dans sa malchance, il s’est fait prescrire de la morphine, mais il n’est pas en grande forme. Pas de problèmes, il reste encore des munitions à JF pour pourvoir à vos besoins. Il a récemment pu fouiner dans les bacs de la distro de Choking Hazard Records (le guru montréalais du doom, du sludge et de la powerviolence) et son oeil s’est vu attiré vers le repress du premier album de Corrupted, Paso Inferior, paru sur Nostalgia Blackrain. Eh bien le-dit guru ne s’est pas gêné pour mettre dans les mains de JF une copie d’un album de Trees, un band de funeral doom en provenance de Portland, Oregon. De la vénération de feedbacks, une atmosphère poisseuse et malsaine, une véritable célébration de la souffrance. Le soundtrack parfait pour un outburst de zona maléfique.

Notre petit agneau Lamb a la tête dans le cul aujourd’hui. Trop occupé pour penser à faire son texte de Découvertes, il a quand même trouvé le moyen de virer une brosse. Il insiste néanmoins pour que sa découverte soit Big Eyes, un excellent groupe punk rock de Seattle. Big Eyes présente toutes les caractéristiques du punk mélodique moderne de la côte ouest, en particulier des scènes de Vancouver et Portland avec leurs influences post-punk flagrantes. Un chant féminin accrocheur, une guitare polie et une section rhytmique qui donne le goût de se shaker la machine à crottes. Y’a un nouveau LP qui s’en vient cette année, et le split avec Mean Jeans (à ne pas confondre avec Pissed Jeans, qui sont beaucoup plus… euh… méchants), qui est paru tout récemment, est un bon avant goût de ce qui s’en vient.