[CHRONIQUES] Cinq albums que j’emmènerais dans ma tombe avec Shehzaad Jiwani

Cinq Albums Que J'Emmènerais Dans Ma Tombe

Cette semaine, nous avons demandé à Shehzaad, chanteur du groupe Greys, de nous parler de ses 5 albums fétiches.  Une description honnête avec des choix qu’on ne peut pas contredire! À noter que nous ne sommes pas traducteurs de profession, mais on vous a quand même facilité la tâche pour ceux qui auraient du mal à tout comprendre l’anglais.

Nirvana - In Utero

Nirvana – In Utero (1993)

You really could not get away with making a record like this anymore. In Utero is 20 years old but it is absolutely timeless. Nowhere else could a song like « Pennyroyal Tea » be sequenced in between songs like « Milk It » and « Radio Friendly Unit Shifter » and not seem completely out of place. That’s why it’s important to me – it’s a reminder that great songs make a great record, not how heavy or how melodic you are. Even with the pressure of being the biggest band in the world, following up a monumental record, they didn’t care. They just wrote great songs that they believed in. That’s it. Plus, it kicks off with the single greatest opening lyric in rock and roll history.

Il serait définitivement impossible de refaire un album comme celui-ci. In Utero a aujourd’hui 20 ans d’existence, mais reste littéralement intemporel. C’est plutôt impossible d’avoir une chanson comme Pennyroyal Tea être incorporé entre deux tounes comme Milk it et Radio Friendly Unit Shifter sans qu’il y ait quelque chose qui cloche. C’est pourquoi cet album est important pour moi, c’est un rappel que les bonnes chansons font les bons albums, peu importe l’intensité qu’on y met. Même avec la pression d’être le plus grand groupe du monde, suivi d’un album monumental, les gars de Nirvana s’en foutaient. Ils ne faisaient qu’écrire de bonnes chansons en lesquelles ils croyaient. That’s it. En plus, l’album débute avec les meilleurs paroles jamais écrites dans l’histoire du rock n roll.

Pavement - Crooked Rain, Crooked Rain

Pavement – Crooked Rain, Crooked Rain (1994)

I don’t think any singer has communicated the feeling of being a directionless twenty-something more accurately than Stephen Malkmus. Lines like « don’t worry, we’re in no hurry » capture both the carefree abandon that you have at that age, while also hinting at the underlying anxiety of « growing up » and « doing something with your life » that we all invariably face once the fun part is over. That, and these are just amazing pop songs.

Je ne pense pas qu’un autre chanteur ait réussi à communiquer le sentiment d’un jeune dans la vingtaine sans avenir comme l’a fait Stephen Malmus. Des phrases comme « Don’t worry, we’re not in no hurry » démontre bien le sentiment d’insouciance que vous pouvez avoir à cet age, en même temps que souligner l’anxiété relié au fait de  grandir (growing up) et de faire quelque chose de sa vie (doing something with your life) auxquelles nous ferons tous face une fois le plaisir de la vingtaine terminé. Il y a ça, mais aussi le fait que ce sont tout simplement d’excellentes chansons accrocheuses.

Beastie Boys - Paul's Boutique

Beastie Boys – Paul’s Boutique (1989)

This is the first record that comes to my mind when I think of « fun » and « having a good time. » The Beastie Boys were a huge part of my musical upbringing because they were the first band to make me a fanatic of anything, and their enthusiasm about art and culture taught me how to dig through record crates and find out more about the pioneers behind whichever artists I was into. They were another band that taught me early on that it didn’t matter what people thought of you, because you could do whatever you wanted. This album is a great example of doing whatever the fuck you want.

C’est le premier album qui me vient à l’esprit lorsque je pense à avoir du plaisir et du bon temps. Les Beastie Boys ont été une grande partie de mon influence musicale parce qu’ils ont été le premier groupe auquel j’ai été fanatique. Leurs côtés enthousiastes et artistiques m’ont grandement appris à fouiller dans les boîtes à disques et a trouver plus d’informations concernant les pionniers derrière tous les artistes qui me fascinaient. Ils ont aussi été un des groupes à me faire réaliser que l’opinion des gens sur nous ne valait pas la peine d’être écouté, parce qu’au fond, je pouvais en faire ce que je voulais. Cet album est un bon exemple de « faites ce que vous voulez dans votre vie ».

Unwound - Leaves Turn Inside YouUnwound – Leaves Turn Inside You (2001)

This has been my record of choice for falling asleep ever since I first heard it, and more recently, it’s the perfect soundtrack for floating away in a medication-induced haze. I’ve never heard a record like this, and although it is the culmination of all Unwound’s output prior to this, it stands on its own as an anomalous work of art, in the same way that Fugazi’s « The Argument » or Sleater-Kinney’s « The Woods » are those bands’ defining yet most incongruous albums. Every band wishes they could go out like this.

Dès la première écoute, cet album a été mon choix numéro un pour m’endormir, et plus récemment c’est la bande sonore parfaite pour me laisser bercer lorsque je suis sous médication. Je n’ai jamais entendu un album comme celui-ci, malgré le fait que ce soit un ramassis de ce que Unwound à pu faire auparavant, l’album se dresse comme une pièce maitresse artistique, dans le même genre que les albums  « The Argument » de Fugazi ou « The Woods » de Sleater-Kinney qui sont à la fois complètement incongrus mais absolument essentiels à la discographie de chacun des groupes. Tous les groupes aimeraient avoir l’audace de faire un album comme ça.

The Rolling Stones - Sticky FingersThe Rolling Stones – Sticky Fingers (1971)

I grew up with the Stones, and this is what « rock and roll » will always sound like to me. I’d be in great company in the afterlife with these songs. You’ve got the ultimate party song in « Brown Sugar, » and then you’ve got the most heartbreaking love song to ever be written in « Wild Horses. » I’d put the words, « Let’s do some living, after we die » on my tombstone, so it’s only fair that I take this record to my grave.

J’ai grandi avec les Stones, et ce sera toujours eux qui représenteront le rock n roll pour moi. Je serais en bonne compagnie si j’avais cet album avec moi dans l’après-vie. Vous avez tout d’abord la chanson ultime de party avec « Brown Sugar » et ensuite vous avez la chanson d’amour qui vous brisera le plus le coeur avec « Wild Horses ». Mon épitaphe serait « Let’s do some living, after we die », alors c’est tout simplement logique d’apporter cet album avec moi dans ma tombe.

SJ xx

– Greys seront en spectacle le 7 mars au Barfly en compagnie de Shahman et Leamers. Le groupe vient aussi de lancer un vinyle 7 pouces qui sortira sur Kind Of Like Records. Vous pouvez l’écouter ici.