[DÉCOUVERTES] Édition du 15 Mars 2013 – HANG THE POPE! HANG THE POPE! HANG THE POPE! HANG THE POPE!

Les Vendredis Découvertes

Question de se purifier en vue d’un nouveau règne d’ignorance d’un criss de zoufton avec une garde-robe douteuse qui s’oppose au droits des femmes et des homosexuels, JF y va avec une valeur sûre: du gros punk raw, noisy et crasseux en provenance de Los Angeles. Condition offre une anti-musique intense qui devrait ravir les inconditionnels de hardcore japonais et scandinave. C’est tellement un pétage de plombs en règle que ca en est jubilatoire au plus haut point. On jurerait qu’il y a un gars dans le band que sa seule job, c’est de tourner des pitons sur des pédales d’effets juste pour créer PLUS de noise. Noise qui vient se superposer à l’attaque démentielle des vocals et des riffs violents empreints de nihilisme. Le groupe compte en son sein des membres de DNF, Kruel et Effluxus.

Mais parce que sa croisade contre tout ce qui est saint n’est pas terminée, JF vous propose également de vous faire fister les oreilles en la bonne compagnie des sympathiques allemands de Nightslug. Nous arrivant tout droit de Dusseldörf, cette bande de désaxées musicaux nous offre un hardcore sludgy et dégoulinant qui ne manque pas de potentiel pour effrayer vos enfants, votre chat ou même votre chien (un potentiel presque aussi important qu’une balayeuse), ni de faire friser les oreilles d’un zigoto en soutane qui prêche la bonne parole du ‘saigneur’. Peu d’infos sont disponibles sur ce groupe pour le moins obscure qui fût fondé en 2011, ce qui contribu à leur charme. Si vous avez aimé le split de Bongripper et Hate, Nightslug, c’est pour vous!

Tout droit venu de Birmingham au Royaume-Unis, Karl vous offre cette semaine Opium Lord, un groupe de sludgy-doom-metal qui a vu le jour vers la fin de l’année 2012. Leur premier album intitulé The Calendrical Cycle – Prologue: The Healer devrait voir le jour sous peu, soit le 11 mars prochain [note éditoriale: s’parce qu’on est comme le 15? (JF)]. C’est gras, c’est lourd, c’est complètement disjoncté ! Amateur du son, gardez l’oeil ouvert!

De son côté, Oli croit bien détenir le remède pour changer un air maussade en un sourire radieux. Si Justin K Broadrick a su redéfinir l’art du contraste lourdeur/légèreté avec son splendide projet Jesu, les allemands Wall suppriment la grisaille mélancolique au profit d’une bonne humeur contagieuse. On assiste ici à une pesanteur paranormale pouvant réduire le Kilimandjaro en poussière combinée à une pop aussi sucrée que votre dernière overdose de tire d’érable. De quoi nous rappeler Crash de Cronenberg, sauf qu’ici, au lieu de prendre notre pied à l’aide de collisions automobiles, on le prend en recevant passivement un mur de brique sur la tronche. Faites-vous plaisirs et écoutez également leur démo de 2009 disponible en téléchargement gratuit. Torche devront désormais jouer en mode défensif!

Lamb est encore en train de se remettre de son périple des trois jours de last call de l’Absynthe. Pour aider à son manque de sommeil incurable et son hangover encore un peu trop présent, il utilise un split acoustique bien tendre. Il s’agit de celui entre Kyle Hall et Amy Bruce Spaceshow. Thème simplet, chanson happy et parfois clichée comme les 204843 autres artistes américains du genre. Mais reste que dans certains moments, ça se prend bien. Haters gonna love it !

PM s’aventure dans un spectre musical qui sort définitivement du contenu que l’on présente habituellement ici. En plus d’être tout sauf punk, le groupe n’est pas nouveau, mais est définitivement une étoile montante. Mansions, le projet abouti de Christopher Browder, mélange de manière mélancolique et poignante des influences aussi variées que Brand New (assez notable dans l’ensemble de l’album), Ben Gibbard (sur City Don’t Care) et Jets To Brazil (sur Blackest Sky). D’une sensibilité unique, le dernier album du groupe, Dig Up The Dead, réunie des éléments dark et tragiques ainsi que des montées idylliques digne d’un rêve planant et morose. Difficile de ne pas tomber dans un trans en écoutant l’album au complet. Difficile, aussi, de s’en remettre avec le sourire. Un album avec autant d’impact sur le corps ne pouvait donc aucunement laisser indifférent notre grand sentimental. On espère que vous nous pardonnerez donc cette ‘digression punk’ et que vous oserez vous laissez aller. Si ça vous intéresse, on vous invite à découvrir leur label actuel, Cliftonmotel, qui est aussi le pied à terre du charmant groupe Lasorda. Mansions a d’ailleurs annoncé que cette année verrait la sortie d’un nouvel album, ce qui viendra nous prouver si le groupe est digne d’être présent ici, ou s’il aspire à un succès MTV qui nous choquerait bien évidemment…