[DÉCOUVERTES] Édition du 29 Mars 2013 – Merci pour le congé Pascal

Les Vendredis Découvertes

On va essayer d’être concis, mais c’est d’un review qu’aurait besoin ce premier album de Moose Blood, Moving Home. Depuis une semaine, PM est sur un délire hors du commun, et il le doit à l’écoute plus qu’intensive de ce qu’il dit être le meilleur EP de 2013. Truffées de références musicales, filmographiques et littéraires qui viennent le chercher, les 6 chansons de Moving Home ont un niveau de catchyness inégalé. À lire les paroles, on a l’impression d’avoir vécu avec Eddy, le compositeur du groupe, depuis notre plus jeune âge. Chanter Never Meant d’American Football avec notre nouvelle conquête? SURE. Et que dire de Dashboard Confessional, Bukowski, Death Cab For Cutie, Weezer, Jimmy Eat World, Jimmy Dean, The Smiths, Hemingway, John Cusak.., bref, la liste des références émises est énorme et, si bien encrée dans notre culture, que chaque ligne vient nous chercher, comme si on ré-écoutait un vieux film préféré lors d’une première date. Côté musical, on a affaire à des harmonies mélancoliques offertes sur un rythme upbeat très très entraînant. Ça nous rappelle l’album de Modern Baseball, mais avec une voix plus mielleuse et une série de back vocals et de chants en duo tout simplement magnifiques. Prenez le temps d’écouter l’album du début à la fin, puisque si vous trouvez qu’il commence bien, on peut dire avec assurance qu’il fini en beauté avec le splendide titre Bukowski. Un chef-d’oeuvre à faire jouer en loop. 

Un peu à la dernière minute en compagnie des autres Vakarmeux, Lamb a trouvé la découverte parfaite pour cette semaine. Par contre, il y a un hic, puisqu’il n’a pas réussi à trouver d’informations concrètes sur le groupe, mis à part la ville. Pas de page Facebook, seulement un bandcamp et un nom, GIANTS. La dite chanson est présente sur la compilation d’un nouveau label torontois, Art DrugOn vous laisse découvrir par vous-mêmes, mais c’est un bon mélange entre un Nai Harvest bien happy et quelque chose d’un peu plus rock-gueulard. Le tout est enrobé dans un enregistrement un peu douteux de sous-sol, qui vient donner tout son charme au groupe.

Prenez un peu de punk crouté, ajoutez à ça une parcelle de hardcore avec un peu de vocal screamo, et vous obtiendrez un groupe originaire de Salamanca en Espagne, nommé Misuri. C’est ce que Karl a galéré à trouver cette semaine, passant proche de sauter son tour. Sans doute parce qu’il est dans une passe « musique des 80’s ». Néanmoins, le groupe présenté ci-dessus est quand même très bien et devrait sortir un demo à la mi-avril. Les fans de la scène neo crust risquent d’apprécier.

Imaginez vous faire kidnapper par une bande de dégénérés fondamentalistes religieux (Red State style!). Pendant plusieurs années vous êtes assujettis à un lavage de cerveau, comprenant la lecture en boucle de passages bibliques plus insipides les uns que les autres. On vous castre les tympans de chants de louanges ou encore de Jars Of Clay. Vous vous réveillez un beau jour en plein milieu de nul part, dépouillé de tout (à la Oldboy). UNRU est votre revanche. Oli vous recommande chaudement d’abuser de cette perle à haut volume, question de troubler toutes célébrations pascales. Et ce n’est qu’un démo…