[DÉCOUVERTES] Édition du 5 Avril 2013 – Vive le printemps! Vive le printemps… et les cacas de chiens qui dégèlent.

Les Vendredis Découvertes

De retour des brumes cette semaine, JF vous propose quelque chose de tout doux et apaisant qui viens jurer avec ce qu’il a pris l’habitude d’essayer de vous mettre dans les oreilles. Un vrai petit cadeau tombé du ciel, My Dad offre une musique planante avec des arrangements touffus et soignés, tout en demeurant super energétique et revigorante. Tantôt math rock, tantôt emo, tantôt post-rock, l’album regorge de moments forts qui attirent l’oreille, mais propose en plus la saga du Tomacco qui s’étale sur 5 titres. Décidément, ce jeune groupe de Chicago a tout pour plaire, et sa propension pour une alternance avec des morceaux instrumentaux et des titres avec une présence vocale plus accrue viennent enrober ce son chaud et acceuillant d’un dynamisme non négligeable. Un baume pour l’âme! Recommandé pour les fans de Sport, American Football, Empire! Empire! (I Was A Lonely Estate) et Mineral.

Cette semaine, Karl a mis la main sur un groupe crust punk irlandais nommé Easpa Measa. Il est en fait tombé sur le bandcamp de Distro-y Records, et y a découvert quelques bons groupes, tous avec un son similaire. Le groupe nous offre sur leur bandcamp un EP de quatres titres qui sont tous divisés, parce que chaque pièce semble avoir sa propre histoire et origine. Nous allons donc vous mettre le lecteur bandcamp d’une de ces pièces, mais nous vous invitons à faire un tour sur leur page bandcamp pour écouter le EP en intégralité. Un aspect intéressant du groupe est le duo féminin/masculin de vocalistes qui ajoute beaucoup à leur singularité.

Le mois d’avril est entamé, ce qui veut dire qu’Oli doit tristement rompre une fois de plus avec sa saison préférée. Dire amèrement au revoir aux nuits glaciales à rêvasser d’un monde meilleur devant le mur de son Sunn O))). Contempler cette nature qui s’acharne durant les ébats misanthropiques de Khanate, déployant ses caresses les plus austères. Laisser derrière soi les apaisantes promenades en forêt, engourdie mais toujours intimidante, bercé par le sifflement agité de Celeste. Oui, il doit maintenant faire son Deuil de l’hiver.

Lambert revient tout juste du Death Church avec ses copains, pour le show de Iron Lung. Pour les intéressés, on a eu droit à 15 minutes d’ultra-violence condensées, qui ont définitivement méritées le déplacement.  En plus, Lamb a réussi à faire sa découverte de la semaine sans même avoir à fouiller dans les internets. S.H.I.T. est un groupe de punk hardcore de Toronto qui ne donne pas dans la dentelle. Un feedback bien prononcé dans la voix, des riffs insoutenables et un démo sale à souhait: on a tous les éléments pour bien commencer le week-end.  La prestation a désarmé notre agneau, qui en a perdu sa bien-aimée Grolsh (true fact).

La semaine dernière, PM s’est tappé un petit road trip en Pennsylvanie pour voir Forgetters, le dernier groupe du légendaire Blake Schwarzenbach. La motivation de s’y rendre était également alimentée par le fait que Tigers Jaw avait annoncé, la semaine avant, qu’ils se séparaient, et qu’ils feraient encore seulement quelques shows. Captain We’re Sinking faisaient également parti du bill, et ça avait pas mal convaincu notre ami Jonathan Juneau de venir aussi. Il trouvait que le groupe qui ouvrait avait un beau nom, et qu’il ne fallait pas les manquer à cause de ça. Halfling fut donc le premier groupe à ouvrir le show, et ce fut agréable de découvrir un jeune groupe faisant un emo si intègre aux années 90. Le groupe a performé les lumières ouvertes, dans la salle qui était en fait l’arrière salle d’une église. Après avoir parlé au drummeur, PM s’est assuré de retourner écouter leur album à son retour. Voici donc sur quoi il est tombé, et il l’écoute sans cesse depuis.