[DÉCOUVERTES] Édition du 19 Avril 2013 – Le décompte est officiel, plus que deux semaines avant le lancement du zine!

Les Vendredis Découvertes

Vous ne l’avez sans doute pas remarqué, mais la découverte de la semaine dernière de Karl n’était pas disponible. Crampe au cerveau? Peut-être. Rassurez-vous, il vous arrive avec quelque chose d’assez bon pour combler le trou de la semaine passée. Le groupe en question fait dans le screamo et vient de Russie… eh oui, vous avez deviné, on parle bien de Улыбайся Ветру, avec leur dernier album sorti sur Sieve Sand Records (Label de Caen, en France) intitulé Моменты. Si on se fie à ce qui est écrit sur bandcamp, leur nom (Улыбайся Ветру) signifie Smile To The Wind, et leur nom d’album (Моменты) signifie Moments. Vous aurez aujourd’hui découvert un bon band et aussi appris deux mots russes. Par contre, ne nous demandez pas pour la prononciation.

C’est avec grand regret que PM a du manquer le Stay Sweet Fest, malgré le line up in-cro-ya-ble qui était présent cette année. Comme s’il ne s’en voulait pas assez, il s’est donné la peine de faire le tour des artistes qu’il ne connaissait pas, pour y découvrir un groupe tout particulièrement charmant du nom de Kittyhawk. Leadé par la douce voix de Kate Grube et joint, entre autre, par un des membres de Dowsing, le groupe nous sert une recette pop similaire à celle de Lemuria. En faisant une petite recherche, on constate que la chanteuse participe sur d’autres fronts, comme par exemple cette excellente chanson de Into it. Over it, puisqu’il s’agit en fait de la copine d’Evan, qui a également un projet avec Mike Kinsella (Cap’n Jazz, American Football, Joan of Arc, Owen…), que vous devriez immédiatement découvrir pendant que c’est encoure tout neuf: Their / They’re / There.

Les années 1990 ne sont pas si loin, mon frère (ou ma soeur!). On sent qu’un revival refait surface à travers une multitude de groupes modernes. Certains sont délectables, alors que d’autres sont dédiés à la poubelle. Notre Lamb, qui a dévoré toute la semaine le nouvel album de Daylight, vous offre Sick Sick Birds, qui vient tout droit de Baltimore.  Un mélange entre un son très 90’s  et une touche plus moderne post-garage, qui n’est pas sans rappeler Tenement. Gâtez-vous, yo.

PS: Mention honorable à la chanson Marietta. Fuck les Stones, vive Sick Sick Birds.

L’année 1958 demeure cruciale dans la riche histoire du rock. Link Wray lançait la pièce Rumble. Plus qu’un simple acte de rébellion, elle constitue les fondements de ce qui allait devenir deux armes redoutables: l’utilisation des power chords et du fuzz. De l’emblématique Jimmy Page à l’exubérance machiavélique du death metal, de la révolution MC5 à l’évolution Black Flag. De la prose sauvage de Pete Townshend à l’indissociable tandem Young, du New-York de 1976 au Seattle de 1991. Tous portent l’indélébile marque de cet hymne incendiaire. Oli aime Baptists. Depressing est le projet du chanteur Andrew Drury. Laissons l’histoire se perpétuer comme il se doit.

Quoi de mieux pour clore cette édition qu’une bonne dose de crasse noircie gangraineuse? JF vous propose cette semaine de tendre l’oreille vers Hell, un groupe de doom drone, qui nous arrive tout droit de la funèbre ville de Salem, en Oregon, ville notoire pour ses apparitions dans la mythologie de Stephen King, mais aussi pour être un berceau des ténèbres musicales qui nous aura entre autre donné Trap Them, Agalloch, Alda et plusieurs autres. Comme entrée en la matière, le split 7 » avec Thou fera l’affaire, mais sachez que le groupe compte aussi à son actif plusieurs albums qui paraissent à une fréquence plus ou moins régulière depuis 2009. Le genre de lamentations torturées qui devrait plaire aux fans de Ash Borer, Corrupted, Khanate et, bien sûr, Thou.