[DÉCOUVERTES] Édition du 24 Mai 2013 – Reflux gastrique

Les Vendredis Découvertes

Ah, le post-rock. JF se rappel ses premiers ébats avec ce style musical qui lui apparaissait si étrange et impénétrable au début, mais qui finit immanquablement par devenir un peu stagnant et prévisible au fil des années. Sentiment sans doute attribuable à l’homogénéisation sonore des groupes émergents qui, en évitant la difficulté de copier GY!BE, se sont tous mis à émuler Explosions In The Sky. Pourtant, le genre à beaucoup à offrir et peut être le véhicule de très grandes idées. Il était loin de se douter que ce serait un groupe de Sherbrooke qui allait lui remettre cette évidence en pleine figure.

Vu qu’Alam al-Mithal partage l’arbre généalogique de One Eyed God Prophecy (un de ses groupes fétiches), le projet l’a intrigué dès le début. Chaque chanson que le groupe propose sur son bandcamp est un voyage aural à travers un mur de son surprenamment complexe et étagé. Le groupe puise d’ailleur son nom étrange de l’univers fantastique de Dune, et désigne un monde de similitudes où cessent toutes limitations. Deep. C’est venu transpercer le coeur de geek de JF et il ne s’en remettera pas de sitôt! Découvrez, sans plus tarder, la pièce Hajra, mais ne manquez pas de découvrir les autres pièces disponibles en écoute sur leur bandcamp. Le secret est dans l‘épice.

P.S: Si ça vous branche, le groupe donne leur premier spectacle ce soir, à Sherbrooke, en compagnie de Near Grey et Alaskan.

La semaine a vraiment été dure, le Pouzza à vraiment détruit Karl qui commence à se faire vieux. Néanmoins, il vous propose un bon groupe punk crouté avec un son très prisé dernièrement dans la scène punk international. Non ce n’est rien de nouveau, mais c’est tout de même foutrement bon. Voici Schifosi, un groupe de Sydney en Australie.

Tout autant affecté par le semaine de feu (oui, le pouzza s’est poursuivit sur quelques jours…), Lamb vient offrir un groupe qui reste dans l’esprit du festival. Parfois, on reçoit des cadeaux qu’on a définitivement pas besoin dans la vie. Cette fois-ci, Stéphane de son vrai nom, s »est fait offrir durant le merch mall du Pouzza par Chris (Prevenge, Pavones Records) un vinyle d’Overseas. Agréablement surpris de cette découverte, puisque que l’album (ou le cadeau) joue sur sa playlist depuis le Pouzza, notre agneau devait vous faire part de cette découverte. Il s’agit d’un groupe punk-rock bonbon du Costa Rica, qui donne le goût de sauter et de danser en même temps. Fuck les comparaisons boiteuses pis toutes, force toer, pis vas en écouter.

PS : Thanks Chris !

Depuis quelques jours, deux nouvelles permettent à Oli de rayonner tel un levé de soleil épousant la rosée matinale. D’abord, l’annonce du nouveau film d’Alejandro Jodorowsky, La Danza de la Realidad. Oui, son artiste préféré qui retourne derrière la caméra après 23 ans d’absence! Ensuite, la découverte d’une charmante formation londonienne répondant au nom de Vôdûn. On y perçoit des trésors cachés de l’ère Stax records passés à la sauce acidique fuzzée 60’s. À mettre sur la playlist, juste après Goat, lors de votre prochaine séance de Vaudou.

D’un côté de ce split tout récemment sorti sur un jeune label new-yorkais, Meadowbrook Records, se trouve le quatuor du New Jersey Arrows in Her. Deux chansons math-rock/emo à la Prawn qui viennent détendre le fort intérieur de PM, qui ne s’est définitivement pas raté en fin de semaine. De l’autre côté, on a droit à Gifts, et sa mélancolie maladive qui n’est pas sans nous rappeler Balance & Composure, mais avec un Mike Kinsella à la place d’un Jon Simmons au chant. L’ensemble du split s’avère varié, et regroupant deux jeunes groupes très prometteurs! Risquez-vous à écouter les chansons de chacun des groupes, c’est du bijou!