[DÉCOUVERTES] Édition du 31 Mai 2013 – Russie, République Tchèque, Finlande, Buffalo, Canada… On s’est monté une belle équipe de hockey avec nos découvertes de cette semaine

Les Vendredis Découvertes

Dirigeons-nous en Europe de l’Est, dans le plus grand pays existant sur la planète Terre. Ne pas nous intéresser à la musique underground pourrait parfois nous faire penser qu’il n’y a que du techno en Russie, mais c’est tout faux. La rapidité à laquelle l’information circule de nos jours est complètement phénoménale et nous rapproche, de plus en plus, jour après jour. Tout droit de Saint-Pétersbourg, dans l’ouest de Vladimir-Poutine-Land, nous arrive le groupe Киста avec un album éponyme de 12 titres. Leur son est vraiment intense et plaira aux gens qui aiment se faire décoiffer.

Voici un mystérieux groupe qui a de quoi agréablement surprendre. Une simple barre horizontale en guise de nom, ces tchèques utilisent également le pseudo Nic signifiant « aucunement, nullement ». Ce qui représente à merveille cette musique vous plongeant dans un immense trou noir émotif. Étrangement, Oli ne peut que se projeter dans sa tête des images du film Begotten lors de l’écoute du démo. Probablement parce que sauter dans le vide peut s’avérer une expérience à la fois terrifiante et excitante.

Impressionné, Oli ne pouvait passer sous silence le premier album d’Haapoja. Suite aux dernières parutions ravageuses d’Heartless et de Full Of Hell, ces finlandais en rajoute pour venir confirmer que 2013 sera sans doutes l’an 1 du renouveau hardcore. Tordus, sombres et instinctios, ces neuf titres nous font croire que Deathspell Omega écrivent dorénavant des hymnes révolutionnaires qui sauront faire flancher les hordes de flicailles infectes. À inscrire d’urgence sur la feuille de pointage juste à côté de Dephosphorus.

Des maires qui fument du crack, des bébés dans des tuyaux pis une bouilloire qui ressemble à Hitler… On va essayer de vous mettre quelque chose de plus intéressant sous la dent que des actualités ma fois très perturbantes (un peu funny, tout de même). Lamb est tombé sur le groupe Brown Sugar de Buffalo. Un amalgame relativement expérimental, qui chevauche entre un son punk-hardcore et quelque chose de plus garage. Ça sonne un peu comme si Ceremony avait décidé d’être sale, pis d’enregistrer un démo dans un cabanon en faisant un trip d’acide, genre.

On sait pas trop si le maire de Kitchener fume aussi du crack, ou s’il a d’autres vices, mais bon. Ce qui est sur, c’est que New Wings est beaucoup trop articulé pour être des consommateurs de crack. Ou s’ils en fume, ils savent se modérer, pour ne pas que ça affecte leur habileté à écrire du maudit bon rock instrumental. Si sa découverte de la semaine passée donnait aussi dans le post-rock, cette semaine la musique est imprégnée de lumière et d’optimisme, ce qui vient changer du doom and gloom habituel de ses découvertes. Sérieux, c’est magique!

Mais après le beau temps, l’orage! JF ne pouvais passer sous silence la découverte d’un nouveau groupe de hardcore chaotique à tendances grind, qui nous arrive tout droit d’Edmonton. C’est quoi? Ça s’appelle Spaewife, et y’a un ancien membre de Mahria là-dedans! Si vous pouvez passer outre le côté hyper rough de l’enregistrement 100% DIY (enregistré, mixé et masterisé en une seule journée), vous serez récompensés de deux brûlots incendiaires qui rappellent immanquablement la scène hardcore allemande. On pense entre autre à Perth Express, Alpinist, Zann, Acme ou Carol. Arrosez ça d’une dose généreuse de sirop d’érable dilué avec du vitriol et vous avez la recette gagnante pour votre nouveau groupe de défonce canadienne préféré.

Trop de découvertes en cette semaine de rétablissement pour notre estropié de guerre. Le choix fut difficile, mais c’est sur le groupe d’Angleterre Delta Sleep que s’est arrêté PM. Mélangeant un math-rock à un post-rock mielleux et pop, le quatuor signé sur Big Scary Monsters combine à merveille la complexité du jazz et le catchiness du pop. Le tout fortement alimenté par le vocal en duo, on a une recette qui est digne des grands chefs. À consommer avec finesse et concentration.