[DÉCOUVERTES] Édition du 7 Juin 2013 – Désolé Jacques, mais on s’en fout de ton grand prix

Les Vendredis Découvertes

Avec le charme qu’avait Delta Sleep, PM a du mettre de côté son autre découverte de la semaine passée. Il se reprend donc avec Close Talker, un groupe qu’il a découvert grâce à l’implication de Cory de Sundials dans le projet. Si vous ne vous souvenez pas de Sundials, sachez que leur dernier LP, When I Couldn’t Breath, était particulièrement exquis en matière de Pop Punk. Il avait d’ailleurs fait la liste des préférés de PM en 2012. Eh bien tout droit de Richmond, le quatuor Close Talker se délaisse du côté très lèché de Sundials pour plutôt s’aventurer dans un punk-rock nous rappelant davantage un Joyce Manor bien sketchy et pleignard. Ça doit être le riff entamant Mop Water qui nous fait penser à ça? Ou plutôt la longue complainte qui fait de Chinese Sunday une pièce qui va marquer notre été de 2013. Oh et, on vous averti, cet album est définitivement un grower.

C’est la semaine international des émotions (not) et c’est pourquoi Karl vous propose un groupe qui saura vous rapprocher de celles-ci. Boston Manor est un groupe de Manchester et offre un pop punk avec une assez grosse touche emo. Et vous savez que le emo c’est le nouveau noir, alors bon. De plus, c’est toujours meilleur avec un accent british. MTLEMO

Sortant de sa torpeur de post-rock, JF s’est pris une bonne défibrilation en écoutant Replica, un groupe de trash composé de 3 demoiselles et un monsieur de Oakland. Tout récemment ‘signés’ sur Prank Records (et en ayant tout fraîchement sortit un excellent EP sur cette étiquette légendaire), c’est le démo de la formation, paru l’année dernière, qui à su retenir son attention. Court, rapide, hargneux… c’est à des demoiselles de jeans (et non de dentelle) à qui on à affaire.

C’est fou ce qu’ Oli a pu ressentir à l’écoute de The Wizard and the Seven Swine. L’équivalent de se faire traîner à l’arrière d’un char sur une route de campagne à disons, 80 km/h. Et ce, pendant 22 minutes! À la fin du cuisant périple, tu veux soit écouter Purple Rain de Prince en boucle ou simplement demander ta mère. Sourire fendu jusqu’aux oreilles, tu décides de recommencer question de te rachever. À présent, trouvez le miroir le plus proche et répétez à voix haute « Pigs » à sept reprises.

Pour sa part, Lamb se sent un peu plus sérieux qu’à l’habitude. Il délaisse les noms weirds de band pour cette semaine et tente de prendre le bon chemin. C’est pourquoi il explore l’univers féministe en suggérant War On Woman, un groupe de punk  de Baltimore qui prône l’égalité absolue à travers ses chansons.  Avec des guitares et un tempo qui n’est pas sans rappeler Coliseum, surplombé par une voix féminine qui frôle parfois celle de l’excellente Kim Gordon (surtout sur Broken Records) ou celle de White Lung, WOW est vraiment dans ses cordes. Rythme puissant avec une voix féminine franche = formule gagnante. C’est pas juste bon dans les oreilles, mais aussi pour l’âme. Fait ta B.A. de l’année en écoutant un peu de War On Woman !