[DÉCOUVERTES] Édition du 28 Juin 2013 – Sans Nom (pas la marque)

Les Vendredis Découvertes

Des fois, on se dit qu’on a manqué le bateau sur un groupe, pis c’est fatiguant de découvrir sur le tard un album qui a marqué déjà tout le monde. Tout ce temps où on aurait pu écouter et savourer une perle d’une huitre trop bien enfouie. Dans quelques semaines, ce sera la sortie de l’album Something Wild du groupe Radiator Hospital. Une pop bien granuleuse mélangeant un folk consciencieux venant se glisser sur notre échine, directement jusqu’aux hanches. C’est là que l’envie de danser avec une parfaite inconnue sur une plage de pleine lune te vient à l’idée. La voix est weird, belle et douce à la fois. C’est un feeling spécial, c’est pas particulièrement facile à gober, mais ça a définitivement un goût très prononcé de «revenez-y». C’comme si la voix passait dans tes rêves pis venait y déposer un peu de glutamate monosodique. C’est sur ces comparaisons un peu fofolles que PM vous laisse le plaisir de déguster ce must de 2013. PS: Oui, ce groupe contient, entre autres, des membres de Swearin et de Waxahatchee. Ce qui devrait au moins vous faire peser sur play, tsé.

Après avoir assisté à des shows bien punks au courant de la semaine et la fin de semaine passée, Karl ne peut donc pas s’empêcher de vous trouver un petit groupe bien punk hardcore pour sa découverte. Il est donc tombé sur un groupe provenant de Raleigh aux États-Unis. Fronté par une chanteuse, Last Words semble bien savoir livrer la marchandise. Leur son est agressif à souhait. Ce serait bien de les voir en show…

Le post-rock, le post-rock et le post-rock. Notre agneau national ne peut s’empêcher de vous casser les oreilles au moins une fois par mois avec un groupe de post-rock qui passe inaperçu. Peu importe, l’intention est au rendez-vous. Après avoir passé les derniers temps à flirter avec la nature à différents coins du Québec, Lamb se sentait en harmonie avec celle-ci. Voilà pourquoi Set And Setting représente le choix idéal de la semaine. Le genre de musique qui te permet d’être en transe, sans aucune dose de drogue. Par moment doux et délectable, par moment rude et agressif, ce groupe de la petite ville de St. Petersburg, en Floride, est parfait pour tout fan de musique instrumentale. Ils viennent tout juste de paraître leur premier effort, Equanimity, qui est réellement délectable.

On dirait bien que l’Île du Prince Édouard désire mettre en veille une torpeur qui la ronge depuis longtemps. Rappelez-vous, il y a deux semaines, JF vous faisait pleurer de joie avec les tapageurs Acousma. Maintenant, Oli ressent le besoin de vous arracher le coeur pour vous le faire tendrement bouffer avec le sympathique duo Uncle. On pense ici davantage à l’oncle saoul qui cherche le trouble qu’à celui immortalisé sur les boîtes de riz. Violent mal de mer imminent.