[DÉCOUVERTES] Édition du 5 juillet 2013 – Les feux d’artifice c’est nationaliste

Les Vendredis Découvertes

Fans de punk-rock rassembleur et gruffy à la Sister Kisser, Titlwheel et autres Dillinger Four, vous n’avez pas vraiment le choix de vous prendre une douzaine de minutes de votre temps pour vous tapper l’excellent demo du quatuor de Chicago, Typesetter. Sorti sur le label Encapsulated Records à la fin de 2012, le groupe prépare la sortie de leur premier 7 pouces en juillet, ainsi qu’une tournée de deux semaines  en août avec leurs camarades de label, Better Days. PM vous conseille d’ailleurs de jeter un coup d’oeil au roster de cette petite maison de disques originaire de St-Louis, vous risquez d’y trouver de belles petites perles!

Depuis la sortie de Trouble Will Find Me de The National, Lamb n’est littéralement plus capable de s’en défaire. Voilà pourquoi il entre dans l’univers de Cousins cette semaine.  Une voix de ténor qui n’est pas sans nous rappeler celle de Matt Berninger, sur un fond plus mélancolique et énergique. Planant, certains titres qui dépassent les dix minutes, on a une formule gagnante ici mon Bobby. De plus, leur premier album, Bathhouse, est servi dans un emballage cassette digne d’une oeuvre d’art. Aime la vie. La vie est belle. La vie est dure, mais elle est belle. Écoutes du Cousins. Écoutes.

Hé, le jeune! Tu n’étais pas encore terrien lorsque Blue Cheer, The Stooges, Sabbath et The Pink Fairies défrichaient les sentiers de la rébellion éternelle? Pas de problème, car Witches Of God existe pour une raison : perpétuer ces sonorités interplanétaires pour une nouvelle génération perdue, croulant sous le matériel. De plus, quand un band dédie une chanson à la mémoire de Piggy, c’est le pied. Embarques donc avec Oli dans le rapidotron, on va défier le temps.

Inspiré par la mélancolie de la vie nordique, une mélancolie que plusieurs d’entre-nous finissent par avoir, Rosemount Hill, un groupe canadien, nous offre une musique complètement instrumentale, dépressive et noircie à souhait. Ce n’est clairement pas un genre qui saura plaire à tous, mais, dans la vie, il faut des fois se sortir de notre zone de confort pour élargir nos horizons. L’aspect black metal est facilement perceptible, tout ça dans une musique très ambiante, voire atmosphérique. Un amalgame d’émotions, les plus négatives les unes que les autres, joncheront vos tympans sans crier garde. Faites attention, bande de suicidaires.