[CHRONIQUES] Cinq albums que j’emmènerais dans ma tombe avec Alex Cartier

Cinq Albums Que J'Emmènerais Dans Ma Tombe

On fait encore souffrir nos amis avec notre chronique hebdo en ce beau mois de juillet. Cette fois-ci il s’agit d’Alex Cartier, bassiste et chanteur de nos chers aimés Prevenge. En plus de s’faire aller la vibe punk rock dans ce qui reste un des groupes majeurs de la scène montréalaise, Alex a, depuis quelques mois, un nouveau projet beaucoup plus crouté avec des dudes de Mi Amore, The Forum et Barn Burner. C’est dans une ambiance de chaleur extrême qu’ils ont offert leur premier show le samedi 6 juillet dernier. Honte à vous si vous avez manqué Hashed Out, mais sachez que vous aurez l’occasion de vous rattraper lors du festival de l’Oeil du Tigre le 8 août prochain en compagnie d’Alaskan et les Guenilles. Bon, assez de promo, plus de blabla:

This is the hardest thing I’ve ever had to write. Here are the top five records I would take to my grave, ostensibly so I can listen to them for eternity as some sort of really cool zombie.

C’est ben la chose que j’ai eu le plus de difficulté à écrire de ma vie. Voici donc les cinq albums que j’emmènerais dans ma tombe, pour que je puisse les écouter pour le reste de l’éternité, comme si j’étais un genre de zombie vraiment cool (comme si ça s’pouvait, tsé).

Dillinger Four - Midwestern Songs of the Americas

Dillinger Four – Midwestern Songs of the Americas (1998)

This is the big one for me. The alpha and the omega. The only record with a guaranteed place on any list I make. I was in the 8th grade when this came out. The other punks in my school and I were mostly listening to whatever baggy-short-wearing, blue-haired So-Cal skate-punk bands Fat and Epitaph had to offer. I still have a lot of affection for those records, but they never really connected with me. They still left me feeling like being in a punk band was for other, better people. Surfers and skateboarders playing lightning fast guitar riffs. But Dillinger Four changed all of that. Four regular dudes making music I didn’t realize I was looking for. They were the first band to make me feel like there was a place for me in punk as more than just a spectator. Dillinger Four were my Ramones.

Cet album est crucial pour moi, l’alpha ET l’oméga. Le seul album garanti de se retrouver dans n’importe quelle liste que je fais. J’étais en 8e année quand il est sorti. À ce moment là, les autres punks et moi on écoutait pas mal juste des bands de la vague skate-punk californienne aux ch’veux bleus et aux shorts trop grands à la Fat et à l’Epitaph. J’aime encore ces albums, mais ils n’ont jamais VRAIMENT connectés avec moi. Le truc, c’est qu’ils m’ont laissé avec cette impression que le punk, c’était pour les autres, du monde ben meilleurs que moi. Des skaters pis des surfeurs qui savent aligner des riffs plus rapides les uns que les autres. Par chance, Dillinger Four a tout changé. Quatre gars ben normaux faisant de la musique que je ne pensais pas rechercher. C’est le premier band qui m’a fait sentir que je pouvais faire partie de la scène punk, plus qu’en étant seulement spectateur. Dillinger Four étaient mes Ramones à moi.

The Mountain Goats - Tallahassee

The Mountain Goats – Tallahassee (2002)

I’m a sucker for songs about self-destructive, co-dependent couples on the brink of ruin, and John Darnielle is the reigning king of songs about self-destructive co-dependent couples on the brink of ruin. In fact, Tallahassee is an entire album about a fictional, self-destructive, co-dependent couple on the brink of ruin. Real talk: John Darnielle is one of my top five favourite lyricists ever, and Tallahassee is one of his best collections. Any record where one song’s chorus is « I hope you die / I hope we both die » is fine by me.

J’ai un péché mignon pour les chansons parlant de couples co-dépendants et auto-destructifs sur le bord du désastre. John Darnielle est le grand roi de ce genre de chansons là, et Tallahassee traite d’un bout à l’autre de ce genre de couple. Parlons franchement, John Darnielle est l’un de mes cinq paroliers préférés de tous les temps, et cet album est l’un des meilleurs de sa collection. N’importe quel album avec une chanson ayant comme refrain « I hope you die / I hope we both die » est parfait pour moi.

Cleveland Bound Death Sentence - Cleveland Bound Death Sentence

Cleveland Bound Death Sentence – Cleveland Bound Death Sentence (1999)

Not really a proper full length, but still. I first heard CBDS in 1999 when Lookout released this CD compilation of their seven inches, plus three new tunes. I think CBDS might be my very favourite Cometbus band. Ragged, infectious, literate East Bay punk. I could listen to this CD forever.

C’est pas vraiment un album complet, mais quand même. J’ai entendu CBDS pour la première fois en 1999, quand Lookout Records ont sorti cette compilation CD de leurs 7 pouces avec trois nouvelles chansons. Je pense ben qu’il s’agit de mon band préféré d’Aaron Combetbus. Un punk venant de Bay Area à la fois enragé et acerbe. Je pourrais écouter cet album pour toujours.

Black Star - Mos Def & Talib Kweli are Black Star

Black Star – Mos Def & Talib Kweli are Black Star (1998)

I found hip hop long before I found punk. I have a lot of favourite hip hop records, and could easily populate a whole other list just with those. But the Black Star record is one that I’m always in the mood for. I have every word, snare hit, and record scratch committed to memory. I think it’s a perfect album, front to back, and I never get tired of it. Also, Mos’ verse on RE: Definition is unim-fucking-peachable. For real.

J’ai trouvé le hip-hop ben avant que j’aie trouvé le punk. Il y a beaucoup d’albums hip-hop que je chérie, et je pourrais facilement faire une autre liste juste de ces albums-là. Mais l’album de Black Star est celui que je suis toujours down à écouter. Toutes les paroles, les coups de snare et tous les sons de cet album sont gravés dans ma mémoire. J’pense que cet album est parfait, du début à la fin. Je ne me tanne jamais de l’écouter. En plus, le couplet de Mos sur Re: DEFinition est tout simplement fucking parfait. For real.

Ceremony - Rohnert Park

Ceremony – Rohnert Park (2010)

I want to start this off by pointing out that this record beat out Black Flag’s « Damaged » for the number five spot. « Damaged » was definitely a really important record for me, and still stands as the blueprint for what I love about hardcore. But Ceremony’s « Rohnert Park LP » finetuned all of those elements, into a perfect, gnarled, seething document of suburban angst and malice. There’s real danger in these songs, a real rage that simmers just below the surface.

Faut que je commence par dire que cet album a pris la place de Damaged de Black Flag dans mon cinquième spot. Ça reste que Damaged a été un album vraiment important pour moi et qu’il est à la base de ce que j’aime du hardcore. Mais l’album Rohnert Park de Ceremony a réuni tous ces éléments pour en faire un essentiel et très enflammé répertoire à propos de la rage et de l’angoisse présente dans les banlieues. Il y a un réel danger dans ces chansons-là, une rage qui bouillonne en surface de notre société.

HONOURABLE MENTIONS:

Green Day – Insomniac
The best Green Day record. Period.

Le meilleur album de Green Day. Point final.

The Arrivals – Volatile Molotov
Taking over where American Steel left off, and doing it much, much better than even the reunited American Steel can.

Ils ont repris où American Steel avaient arrêté, et ils ont fait beaucoup mieux que ce que le reunion d’American Steel peut faire.

Rivethead – The Cheap Wine of Youth
Members of all your favourite pop-punk bands were in a band together twelve years ago, and recorded this midwestern gem.

Des membres de tous tes groupes pop-punk préférés étaient dans un band il y a 12 ans de ça, et ils ont enregistré ce bijou du midwest.

Meat Loaf – Bat Out of Hell
Fuck you if you think you’re better than this record. You’re not. Thirty seconds into the opener, and you’ll be swingin’ your shirt and screamin’ along, because you’re only human.

Fuck you si tu penses que t’es meilleur que cet album. Tu ne l’es pas. 30 secondes après le début, et tu vas déjà être en train de faire tourner ton chandail et de chanteur en choeur, tout simplement parce que t’es humain.

Pissed Jeans – Shallow
The perfect soundtrack to writhing half-naked on a basement’s concrete floor, screaming.

La musique de fond parfaite pour se tordre à moitié nu sur un plancher de sous-sol froid en criant.

…and a million more records I wish I could put on this list.

…et un million d’autres albums que j’aimerais mettre dans cette liste.