[CRITIQUES] Momentum – Herbivore – Halo Of Flies / Forged In Iron (2013)

Momentum - Herbivore - Halo Of Flies / Forged In Iron (2013)

Cruauté Interrompue

C’est souvent frustrant de constater, lorsque l’on supporte une cause de plein coeur, d’avoir l’impression de constamment escalader une glissade. C’est d’autant plus vrai dans le cas qui nous importe ici, c’est-à-dire les droits des animaux.Car le carnisme est non seulement socialement toléré, mais il est profondément encré dans la culture d’une majorité d’habitants de cette planète. Selon moi, il s’agit d’une forme de fascisme pur et dur. Oui, « l’être humain » exerce une supériorité par voie cinglante sur d’autres êtres vivants sans voix. De plus, il se permet une sélection, à savoir d’aimer et cajoler les uns, et d’exploiter sans merci les autres. Il justifie lâchement cette discrimination dans un but de survie. Sauf que nul est besoin de se servir des animaux pour se nourrir, se vêtir, se divertir ou pour tout autre usage insignifiant. Le véritable nerf du problème, le cancer mondial généralisé, demeure le capitalisme. Le mot de tout les maux. L’abus excessif d’absolument tout ce qui respire ou non, au profit d’une quête de pouvoir et d’avarice. Tout ça, devant le respect et la vie. Je dis toujours que l’exploitation et la violence ou, à l’inverse, la compassion et le bien-être,commencent dans l’assiette.

Si le punk rock ne peut pas complètement changer le monde, il a véritablement changé ma vie à tout jamais. Par le mouvement « anarcho » anglais (les compilations A-Sides et This Is The A.L.F constituent un bon point de départ), certains artisans du Youth Crew de la fin des années 80’s ou encore des bands comme Good Riddance et Propagandhi, j’ai grandement pris conscience de ce qui ne tournait pas rond dans ce bas monde. Je me suis alors éveillé à certaines causes qui m’ont permis d’engendrer des actions concrètes contribuant à me définir en tant que terrien. Le véganisme en fait partie. En attendant de réaliser mon rêve le plus cher, créer un sanctuaire pour animaux et faire pousser des légumes bio, je peux faire une action directe aux conséquences bénéfiques. Pour moi, c’est un véritable mode de vie, un acte d’activisme pour ces êtres sans défenses. La sérénité qu’entraîne ce geste est plus fort que d’avoir à répondre quotidiennement à des questions issues d’une ignorance flagrante. C’est d’ailleurs davantage sain d’opter pour une attitude positive et calme pour intervenir lors de certaines situations déplacées. J’ai par ailleurs remplacer les mots « viande » et « produits laitiers » (en fait tout produits provenant d’un animal) par « mort » et « viol » pour provoquer l’intérêt de certaines personnes un peu trop confortables dans leur soutient à la cruauté.

En 2013, Momentum arrive à point avec un deuxième album, concept traitant du sort cruel réservé aux animaux. Herbivore s’en prend à cette industrie barbare d’une manière concise avec un regard posé et juste. Toujours vindicatif, le ton général se veut agressif, sans fioriture, mais toujours empreint d’une bonne dose de mélodie. Une dualité représentative de la thématique de l’album, une réaction claire et optimiste pour contrer des actions destructives. Le penchant mélodique n’est pas sans rappeler la Scandinavie, Disfear et Unkind en tête de liste. Les anthémiques I Am Not A Living Grave, Realities Of The Dairy Industry et Herbivore? donnent le goût de danser sur la tombe des exploiteurs les poings en l’air. Si le sujet est abordé avec ferveur, le groupe évite le piège de fléchir sous le coup de l’émotion. Au contraire, c’est l’éducation qui prime car c’est bien là que réside la clé du changement. Malheureusement, cette pièce indispensable se veut le dernier testament du side project. Cependant, l’ajout du discours Animals Should Be Off The Menu de Philip Wollen, l’insertion d’un essai sous forme de zine par le guitariste Gerfried Ambrosch ainsi qu’une reprise de Meat Is Murder des Smiths en font une oeuvre complète que l’on peut se repasser à tout moment. Ce petit bijou est aussi savoureux qu’un sandwich végénaise-avocat-tomate-kale!

C’est par temps nuageux qu’un album comme Herbivore vient amenuiser l’impuissance noyée dans la rage. Un baume sur les âmes déchues laissant présager une forme d’espoir toujours fragile. Ce qui fait de l’art une richesse en soi, c’est sa capacité à combattre l’éphémérité. On peut toujours y revenir pour ressourcer sa soif guerrière. Punk Rock Is Saving Lives.

Oli