[CHRONIQUES] Cinq albums que j’emmènerais dans ma tombe avec Alexandre Goulet

Cinq Albums Que J'Emmènerais Dans Ma Tombe

C’est l’été, pis on se sent tous en vacances. Suivre nos fils Instagram et Facebook, ça devient difficile, pis on dirait que c’est un peu le cas de tout le monde. C’est pour ça qu’on n’est pas super assidus dans nos chroniques funéraires. C’est aussi pour ça que vous devriez apprécier d’une petite touche de plus chacune d’entre elles. Cette semaine, on reçoit de la belle visite de Québec avec le frontman des très bruyants primates de Apes. Si vous n’avez pas encore assisté à une prestation de ces vilains citadins, vous aurez sans doute l’occasion de le faire avec nos locaux de Wrong Hands dans un avenir proche. Voici donc les cinq albums qu’emmènerait Alex dans sa tombe heavy tout à fait suintante et pleine de crasse.

Dying Fetus – Destroy the Opposition

Dying Fetus – Destroy the Opposition (2000)

Définitivement l’album qui m’a fait connaître le death metal à sa juste valeur. Dès les premières notes de Praise the Lord, tu comprends vite que ça ne sera pas doux et que tu risques d’avoir une scoliose tellement tu vas te faire aller la pilosité capillaire. Quasiment toutes les chansons de l’album sont un hymne au slam, les coudes ben bas, avec un ratio de riffs ignorants parmi les plus élevés jamais entendus.

Smashing Pumpkins - Mellon Collie and the Infinite Sadness

Smashing Pumpkins – Mellon Collie and the Infinite Sadness (1995)

Un album qui a rarement été à plus d’un pied d’un lecteur cd chez moi. Les arrangements et l’émotion qui se dégagent de cette galette en font un incontournable. Un album qui m’a fait comprendre que ‘’commercial’’ ne rime pas nécessairement avec ‘’quétaine’’.

Deftones – Around the Fur

Deftones – Around the Fur (1997)

QUEL ALBUM! Un autre album que j’écoute encore très régulièrement, malgré que ça fait plus de 15 ans que je l’écoute. Leur petit côté différent du reste de la vague ‘’nu-metal’’ des années 90 m’a toujours accroché et m’a permis de connaître des groupes connexes (Quicksand, Rival Schools, Glassjaw) qui avaient la ‘’Deftones Touch’’. Mention plus qu’honorable a «Be Quiet and Drive» –❤ (oui, je suis le genre de gars à mettre des émoticones dans un top 5, mais je vois pas d’autre moyen pour illustrer tout le love que j’ai pour cette chanson en particulier. )

Buried Inside – Suspect symmetry

Buried Inside – Suspect symmetry (2001)

Comme tout metalhead/hardcore-kid du Bas-St-Laurent/Gaspésie qui se respecte, Buried Inside a une place spéciale dans mon répertoire. Je me rappelle la première fois que j’ai entendu cet album là, à quel point je suis tombé de ma chaise. C’était vicieux, adroitement cacophonique et, surtout, c’était du jamais vu (entendu) pour moi. Près de 12 ans plus tard, cet album reste un ultra-classique-turbo pour moi.

Devourment - 1.38

Devourment – 1.3.8 (2000)

Ok, on va tous se mettre d’accord que cet album là DOIT jouer quand tu te fais digérer par les Cerbères de Satan lui-même. Premièrement, tu lis le titre de la première chanson – « BabyKiller» – ça te prépare mentalement à recevoir la volée qui va suivre. Première seconde d’écoute, tu comprends que le mot ‘’guttural’’ viens de prendre tout son sens. Je crois bien que le terme a été sur-utilisé, mais «brutal» est le mot pour décrire cet album là. Le vocal est juste complètement déviant, le drummer donne une volée à son drum comme un policier dans une classe de philo et les riffs de guit sont littéralement déficients.