[CHRONIQUES] Cinq albums que j’emmènerais dans ma tombe avec Lamb

Cinq Albums Que J'Emmènerais Dans Ma Tombe

On est venu à bout du Lamb, pis v’là l’article qui présente les cinq albums qu’il emmènerait dans sa tombe. C’est qui Lamb? Le jeunot baveux derrière la plupart des reviews sur Vakarme, l’escroc derrière la plupart des affaires qui se passe sur Housebreaker Records, pis, qu’on veuille l’admettre ou non, c’est aussi un maudit bon buddy. Pis le buddy, y’a des pas pires goûts en musique et un bon petit sens de l’humour. Ce qui rend cette article très intéressant à lire. En tout cas, nous on trouve ça.

Ça fait un petit bout que les gars arrêtent pas de me casser les couilles avec ce foutu article.  J’ai ben beau l’éviter en donnant des excuses plus ou moins crédibles, j’avais pu vraiment le choix. Choisir 5 albums pour emmener dans ma tombe, faut qu’ils soient beaux en maudit, parce que j’vais les avoir dans face pendant un méchant bout… Pratiquement impossible, mais j’imagine qu’il faut s’adonner au jeu.

Sonic Youth Daydream Nation

Sonic Youth – Daydream Nation (1988)

Ti-cul Lambert avait 12-13 ans. Entre une ride de skate, un bouton qui pète pis mon cd Fat Music For Fat People que j’avais acheté au Music World à 3,99$, je stalkais les gens que je trouvais cool en prenant note des t-shirts de band qu’ils avaient. C’est encore de même qu’on découvre des bands, right? Anyway. J’ai vu le fameux chandail de GOO qu’un dude du skatepark avait. Je le trouvais trop beau (le shirt là). Donc, j’ai ouvert mon Windows 98 pis j’ai marqué Sonic Youth sur Napster (avant que Metallica pète sa coche là).  Je suis tombé direct sur Teenage Riot. Dès les premières notes, j’ai su que j’étais en amour. Je ne comprenais pas trop le mélange de styles, l’espèce de contraste qui plane tout au long de l’album entre un son d’une délicatesse et d’une fureur désespérée. Tout ce que je savais, c’est que c’était une des plus belles choses que j’avais entendue de ma vie. Le son de guitare était l’équivalent d’une œuvre d’art. Encore aujourd’hui, j’ai des sales frissons quand j’écoute ce LP. Une espèce de révolution musicale dans ma tête. C’est eux qui m’ont fait comprendre que la musique c’était de l’art, que y’avait pas de limites. En plus, je suis littéralement tombé en amour avec la voix de Kim Gordon. Tout est parfait ici. Kim qui gueule sa vie sur Cross The Breeze, Thurston qui fait la folle un peu partout, pis les parties de Lee Ranaldo sont vraiment fucked up. Pour moi, c’est le meilleur album jamais fait. Tant côté composition, que production.

Godspeed You! Black Emperor - ‘Allelujah! Don't Bend! Ascend!

Godspeed You ! Black Emperor – ALLELUJAHDON’T BENDASCEND! (2012)

En faisant une liste comme celle-ci, c’est évident que tu vas faire grincer des dents certaines personnes. Je n’ai pas vraiment besoin de dire que GY!BE c’est des demi-dieux, que tout ce qu’ils ont fait musicalement et au-delà a toujours frôlé ou atteint, c’est selon, la perfection. Chaque album pourrait se retrouver dans mon top tellement que c’est magistral comme œuvre. Mais, j’ai décidé de choisir ‘ALLELUJAHDON’T BENDASCEND! parce que c’est lui qui m’interpelle le plus. Pour notre zine papier, j’avais écrit une critique de plus de 5000 mots, mais j’ai du couper à environ 2000, parce que je savais que c’était de l’abus. Cet album là me parle, ça a aucun bon sens. Avoir à écrire une thèse de doctorat, je le ferais probablement sur cet album. On dirait qu’il a été écrit spécialement pour moi. Toute l’énergie qui a dans ce disque, mis en parallèle avec la crise étudiante, c’est purement et simplement du génie. Godspeed ont réussi à synthétiser et cristalliser un des plus beaux moments de notre société en 53 minutes et 4 secondes, où on a enfin décidés de se lever pis de dire FUCK OFF. Sincèrement, c’est probablement moi qui freak out ben raide avec Allelujah, mais chaque fois que je l’écoute, j’ai l’impression de revivre un des beaux moments de ma vie. Un des moments où j’avais de l’espoir pis que j’étais fier.

Descendents - Milo Goes To College - SST Records (1982)

   Descendents – Miloe Goes To College (1982)

Pour être honnête, je ne sais pas trop comment justifier ce choix là. Pour moi, c’est juste tout simplement évident.  Je suis encore incapable de concevoir que c’est sorti en 1982… Je veux dire, écoutes Hope deux secondes là. Ils ont réussi à clancher les Ramones le temps d’un fucking album (sacrilège pour les puristes, mais c’est correct, je vous avais avertis, je suis baveux). Le punk-rock à saveur californienne pis feeling, c’est les fucking Descendents qui l’ont inventé. Si t’aimes n’importe quel style de punk-rock aujourd’hui ou qui date de y’a 10, 20 ou 30 ans, ben dis-toi que ça serait pas aussi bon si le band avait pas sorti cet album-là… Chaque chanson sur Milo Goes To College est parfaite. Un peu sale, baveux à l’occasion, juste assez catchy pis des bouts tellement spirit.  J’ai découvert les Descendents en étant relativement vieux, pis je vais m’en vouloir toute ma vie. Avoir pu les voir 2 fois je considère ça comme un honneur, surtout une fois avec deux de mes meilleurs chums. Dude. Chanter Hope ou Myage avec tes buddys. Best shit. Et ce, même avec une Pabst à 7$..  Ah, Toronto!

Propagandhi - Supporting Caste - Smallman Records (2009)

 Propagandhi – Supporting Caste (2009)

Propagandhi c’est un des meilleurs bands punk-rock qui existe à ce jour. Non seulement ce sont des musiciens de la muerte, mais tout l’idéologie et les valeurs qu’ils projettent reflètent trop bien comment je pense. Pourquoi Supporting Caste? Parce que je n’ai jamais été fan de skate-punk-pants-dickies-trop-larges. Mais surtout, parce que le tournant technique qu’ils ont prit avec ce disque m’a carrément fait sauter la cervelle. Un des pires mind fuck de ma vie. Ça m’a vraiment prit du temps à comprendre comment tu pouvais être autant à cheval entre un punk-rock classique et le métal. Ce LP là a vraiment quelque chose de spécial, on dirait qu’il y a une espèce d’aura qui flotte dans l’air lorsque je l’écoute sur ma platine. Peu importe, c’est un des meilleurs albums punk qui n’a jamais été fait.

– Anecdote loufoque : j’ai vu Propag sous l’effet de la morphine (légale là, prescrite par un médecin clean pis toute) il y a environ un an. Sincèrement, probablement un des meilleurs shows de ma vie. En plus, le clown qui peinturait était trop parfait. Bref, best feeling ever. Next time qu’ils vont être à Montréal, je m’en trouve c’est clair. Je te le conseille aussi… je connais un bon médecin…

Beastie Boys - I'll Communication - Capitol Records (1994)

Beastie Boys – Ill Communication (1994)

J’avais 16 ans, je fumais du weed pis je rentrais au Cégep. La passe emo pis toute était partie, me laissant seulement un ring dans le nez comme héritage. Je me cherchais. Je rentrais au Cégep du Vieux, pis je n’avais pas le goût de virer grano pis d’écouter du Beau Dommage. C’est alors que, lors d’une soirée ben frosté, j’ai vu le clip de Sabotage des Beastie.  J’ai tellement trouvé ça bon, pis j’ai tellement ri. Le lendemain, un peu moins batté, je me décide d’aller voir les CD dans mon tendre centre d’achat de la rive-nord. Le seul en spécial c’était Ill Communication, pis ça tombait ben, y’avait la chanson. Ce groupe là a littéralement changé ma vision de la musique. Il m’ont fait comprendre que tu peux mélanger pleins de styles. Que y’a aucune frontière, aucune limite. Que le hardcore, le hip-hop pis le funk, ça se mélange ben en criss avec un peu d’imagination pis de talent. Avec du recul, je sais que je passe à côté de Paul’s Boutique pis de Check Your Head, sauf que l’enchaînement entre des tounes comme Tough Guy (50 secondes de punk-hardcore de feu) pis B-Boys Makin’ With the Freak Freak est simplement parfait. Les contrastes, j’aime ça. Pis j’aime Beastie Boys. RIP MCA.

Pis vu que chu pas ben ben gros, y doit ben me rester de la place dans ma tombe pour un 7 inch right? Sans hésiter, c’est Can We Call This Life de Tragedy. Pourquoi? Okay, ta gueule, je pense t’as pas bien compris.