[CHRONIQUES] Cinq albums que j’emmènerais dans ma tombe avec Marc Tremblay

Cinq Albums Que J'Emmènerais Dans Ma Tombe

Batteur pour les groupes montréalais Le Kraken et Dark Circles, Marc Tremblay nous présente aujourd’hui les cinq albums qu’il emmènerait dans sa tombe. Un éventail assez large en genres musicaux est au menu, pataugeant dans les années 60 jusqu’aux années 2010.

Operation Ivy - Energy

Operation Ivy – Energy (1989)

Quand j’avais 11 ans, mon frère m’a initié au skate et, par le fait même, au punk rock. Un jour, je pratiquais mes ‘ollie’ et il m’a prêté sa cassette de Energy pour me motiver (et parce qu’il voulait que j’arrête d’écouter du Limp Bizkit). C’est devenu ma soundtrack de skate.  Quand j’ai participé à ma première compétition de skate, on pouvait apporter notre chanson et j’avais choisi Bombshell.  Même si je ne skate plus beaucoup, pour moi c’est encore l’album par excellence pour faire du sport dehors l’été.

The Carrier - No Love Can Save Me

The Carrier – No Love Can Save Me (2008)

C’est un EP concept qui est venu me chercher vraiment profondément dans divers moments importants.  Les 3 chansons ont chacune quelque chose de spécial, et c’est vraiment en les voyant en show qu’on peut comprendre leur intensité.  C’est mon album #1 à écouter très fort quand je veux faire passer un stress.  Malheureusement, le band n’est plus ensemble, mais c’était un de mes bands préférés à voir en show.  J’ai pu jouer avec eux à quelques reprises et je vais toujours me souvenir du show qu’on a fait à Jonquière, dans ma région natale.  On leur avait fait découvrir les Molson Dry 10.1% (aka Big Ten). Après en avoir bu une chacun, ils ont fait le meilleur set que j’ai jamais vu d’eux.

King Crimson - In The Court Of The Crimson King

King Crimson – In The Court Of The Crimson King (1969)

Mon père m’a transmit son amour pour cet album là.  C’est vraiment une expérience auditive du début à la fin.  Je pourrais écouter 21st Century Schizoid Man sur repeat durant des années, et être toujours autant sur le cul par le drumming.  Pour un album de 1969, la production sonore est incroyable.  Quand je descends au Saguenay voir mes parents, je fais une écoute de l’album avec mon père, sur le même système de son que sur lequel j’ai découvert cet album.

Converge - Jane Doe

Converge – Jane Doe (2001)

C’est l’album qui est responsable de ce que je joue, de ce que j’écoute et de ce que j’enregistre aujourd’hui.  C’est au moment où j’ai appris que c’était le guitariste Kurt Ballou qui a enregistré l’album que je me suis dit que, moi aussi, je voulais pouvoir enregistrer mon band et avoir le contrôle sur la production.  Cet album là est vraiment audacieux tant côté musical que sonore.  J’ai mis Jane Doe parce que c’est, selon moi, leur album le plus iconique, mais j’aurais pu mettre n’importe quel record de Converge et ça aurait bien représenté mon idée.

Band Of Horses - Infinite Arms

Band Of Horses – Infinite Arms (2010)

Si vous avez une blonde ou un chum, vous avez probablement un  »album de couple ».  Ça, c’est mon album de couple.  C’est aussi l’album parfait pour des road trip de nuit, des rides de bus ou de métro tardives, ou encore pour décompresser.  Une chanson de cet album là sur un mixtape et le tour est joué.

Mentions spéciales :
– Tragedy – Vengeance
– Cursed – I, II et III
– Have Heart – The Things We Carry