[DÉCOUVERTES] Édition du 31 Janvier 2014

Les Vendredis Découvertes

La scène ontarienne déborde de surprises, de groupes dont l’information se fait parfois discrète à nos oreilles. Karl est tombé sur le bandcamp du groupe de Kitchener, Two Crosses. Le nom lui disait quelque chose : « Ah oui, il viendront faire un show à Montréal prochainement, pourquoi ne pas écouter? ». Bonne décision, les amateurs de punk hardcore et de power violence pourraient être séduit. Onze titres fraichement sortis du four, délectez-vous!

Le moment préféré de janvier à PM, c’est toujours de constater à quel point il y a plus de groupes qui ont fait des bijoux que ce qu’il a bien pu connaître dans l’année précédente. Directement d’Angleterre, Bloody Knees joue avec désinvolture, un skate à la main, des intestins bien ouverts en digne de casque et une bière dans la poche arrière. C’est easy, slacker, speedé et catchy! En attendant la sorti de leur prochain Split avec Birdskulls, on vous invite à écouter le EP de 6 titres sorti au début de l’été dernier sur Heart Throb Records!

Dans sa désormais célèbre tradition de trouver des groupes aux noms étranges, Lamb est tombé sur un groupe de la Russie qui se dénomme Penguinsmeat. Un peu étrange, tout comme le mélange musical auxquels ils s’adonnent. Penguinsmeat vont d’un extrême à l’autre, passant de riff de math-rock disjoncté à des bout post-rock très mélodieux et accrocheurs. Bref, tout cloche avec ce groupe, voilà pourquoi tu devrait l’écouter. Parce qu’au fonds, les paroles, c’est toujours juste du remplissage.

Oli a décidé d’avorter une chronique portant sur ses révélations/coups de coeur de 2013 faute de temps. Cependant, question de faire la paix avec l’année précédente, il désire formellement souligner une parution trop passée sous silence. Bon ok, ce n’est pas une découverte à proprement dit, mais l’injustice se doit d’être réparée. No Sir, I Won’t. Où comment le mouvement anarcho anglais revit par le biais de Boston, MA. Rassurez-vous, ce joyau de 20 minutes n’est pas qu’une simple relecture d’une époque cruciale. C’est une énorme claque sur la gueule à la « scène » punk-rock mondiale. Vous savez, question de bien la réveiller.