[DÉCOUVERTES] Édition du 30 mai 2014 – POP POP POP

Les Vendredis Découvertes

Raph | Je ne sais pas pour vous, mais près de deux semaines se sont écoulées depuis le Pouzza IV et je ne crois toujours pas m’en être remis à 100%. Néanmoins, depuis mon retour, j’ai pu approfondir mes recherches sur quelques découvertes faites dans le cadre de ce festival. Une de mes très étonnantes trouvailles, entre autres, s’est faite tard dans la soirée du samedi soir au St-Ciboire, dans un stade assez avancé de ma personne. Je me suis souvenu m’être posté directement face au stage et d’avoir reçu une bonne dose de surprenant post hardcore aux notes modérément psychédéliques. Après vérifications, il s’agissait en fait d’un trio nommé Verses Narrow, de Brooklyn. À travers l’écoute de leur seul matériel disponible à ce jour, un unique (et court) EP, je confirme les influences très Dischord Records que la guitare apporte à l’ensemble.

Aurélien | Ça ne vous arrive jamais, vous, de lire ou d’entendre le nom d’un groupe une bonne dizaine de fois avant de vous décider à enfin écouter de quoi il en retourne ? Pas par choix, mais plutôt par manque de temps, assommé par l’incroyable quantité d’informations disponibles tous les jours via Internet, la radio, la télévision (quoique) ou bien la presse papier ? Ça m’arrive en permanence, et le groupe Twin Pricks en est la parfaite illustration. Avec ce deuxième album sorti l’an dernier, autant dire que je suis passé, pour le coup, à côté de titres hautement addictifs. Accusant un penchant évident pour la musique indie rock des 90’s, les dix morceaux de la formation messine sont autant de petites pépites qu’il convient d’écouter avec une oreille affutée.

Lamb | J’étais ben stoked quand j’ai pu me procurer mon billet d’avion pour le foutu Fest 13. Okay. Je suis peut-être fatiguant avec ça, mais si tu n’y vas pas, tu ne peux pas vraiment comprendre. Donc, si vous nous suivez depuis un bout, vous connaissez probablement mon amour inconditionnel pour les groupes punk-rock frontés par la gente féminine. Rien à faire, je ne peux pas m’en passer, ça vient me chercher direct dans le chest, yo. Donc, en feuilletant l’innombrable liste de groupes du Fest, je suis tombé sur Cumulus. Un nom un peu à coucher dehors, mais qui viendra probablement te chercher. Oui, toi. Yo. Un espèce de pop très fleuri, très smooth, très agréable avec beaucoup de joie de vivre. Tsé, dans la vie, t’as des journées de merde, comme j’ai eu aujourd’hui. Ben Cumulus, c’est le genre de groupe que t’écoutes pour ne pas péter une coche à job pis démissionner en envoyant chier tout le monde (crois-moi, ça marche). Peace.

PM | Il y a de ça quelques mois, Bummer s’est fait demander d’être sur une compile en Angleterre du nom de Verbal Rocket. Dans le tas, il y avait quelques bons groupes, dont Pregnancy Scares et Fury Things. Ce dernier est un trio 90’s rock alternatif du Minnesota avec le fuzz des Dinosaurs et la pop dans le sang comme un Superchunk. Leur troisième EP vient tout juste de sortir, et un album LP comprenant l’ensemble de ces trois EP sortira bientôt. Maudite bonne musique de fin de semaine si vous voulez mon avis !