[DÉCOUVERTES] Édition du 11 Juillet 2014

Les Vendredis Découvertes

PM | Quand vous lirez ces lignes, je vais être loin. Le genre de loin qui s’appelle Oregon, ou encore Californie. Sinon, plus loin encore, il y a la Belgique. La Belgique, à part Amenra et quelques autres trucs, je n’y connais pas grand chose. Sauf que je sais que dans ce coin du monde là, il y a souvent de quoi être malheureux (comme partout, faut croère). C’est pourquoi le post-punk y est plutôt prolifique. Dans ma quête des meilleurs petits bijoux du genre, je me suis attardé au EP de Teen Creeps, parut plus tôt cette année sur leur page bandcamp. C’est fuzzy et désintéressé, ça me rappelle mes premiers amours avec le groupe britannique Yuck. Finalement, c’est à mi-chemin entre le regard de souliers (ça faisait longtemps je voulais plugger cette traduction louche), l’après punk (non mais quel nom de genre qui veut rien dire) et le rock indépendant (non mais…). Bonne écoute là!

Karl | J’ai dernièrement eu la chance d’être dans le bon pays au bon moment. En effet, lors de mon passage récent en Autriche, j’ai pu voir Tragedy, Boredom et le groupe Hysterese à Linz, dans une salle de concert assez petite. Je connaissais déjà assez bien Tragedy et Boredom, mais ne savais pas à quoi m’attendre du groupe qui allait réchauffer la place, en fait, je ne connaissais absolument rien de ce groupe. J’ai rapidement été conquis, je dois l’avouer. Une bonne présence, des titres entrainants et des instruments très tight. Vraiment un son différent des deux autres bands qui allaient leur venir en relève, mais j’adore les concerts où les styles sont un peu « variés »(Ça reste quand même du punk…). Hysterese nous vient de Tübingen en Allemagne et nous offre un punk à influences garages bien poppy sur les bords qui saura vous faire bouger dès la première écoute. Le groupe vient tout juste de sortir un nouvel album homonyme et c’est de la pure bombe. Plongez dedans les yeux fermés!

Raph | Cette semaine, j’avais terriblement hâte de vous dévoiler ma plus récente découverte coup de cœur. Tout d’abord, je tiens à mentionner que si j’avais à dresser une liste de maisons de disques qui savent le plus me surprendre, Grave Mistake Records figurerait inévitablement dans les hautes sphères de celle-ci. Au menu cette semaine, une de leur plus récente et étonnante signature: Supercrush.  Ça ne m’aura pris qu’une seule écoute de leurs deux seuls morceaux disponibles jusqu’à présent, Lifted et Melt Into You, pour littéralement flancher sous le charme de leur rock alternatif à forte saveur shoegaze. On se doute que l’inspiration provient incontestablement, en partie, d’excellents groupes cultes que j’affectionne, tels que Swervedriver et Dinosaur Jr; ce qui donne une raison de plus de facilement s’attacher au groupe. Au final, on a droit à de brillantes mélodies simplement bien structurées, une production de qualité et un produit très facile d’écoute. Fait intéressant, le leader de la formation, Mark Palm, n’est pas du tout étranger à la scène vancouveroise, ce dernier ayant notamment chanté dans la défunte formation hardcore Go It Alone. Comme quoi il est souvent intéressant de se pencher sur le cheminement de talentueux musiciens issus de la scène punk et hardcore à travers d’autres projets musicaux de style connexes, ou complètement différents.

Aurélien | Le groupe anglais Losing Sleep fait partie de mes dernières découvertes en matière de pop punk naïf, mais franc. J’ai pu les voir en concert lors de la première date de la tournée européenne qu’ils sont en train de terminer en compagnie des caennais de Tigersuit!, une vraie surprise live pour un groupe dont je ne connaissais que le nom! Musicalement, je pense ne pas me tromper en affirmant que les titres de Losing Sleep auraient tous trouvés leur place au sein de labels tels que Topshelf ou Run For Cover Records. Une tournée commune avec Modern Baseball est d’ailleurs prévue à l’automne.

Lamb | Les années 1990 sont musicalement de retour.  Rien de nouveau, ça fait deux ans qu’on vous bombarde avec des groupes comme Superheaven (Daylight), Weed pis toute cette gang là. Je dois avouer qu’en général, j’ai de la difficulté à accrocher. Trop bien ancré dans mon petit 1990 bien douillet et crasseux. Tout ça pour dire que dans toute cette trâlée de groupes là qui ne m’impressionnent pas plus qu’il faut (à quelques exceptions faites, évidemment), je suis tombé sur Sad Actor. Un groupe de Philadelphie qui, musicalement, sonne très grungy, mais avec une voix plus emballée qui crée un contraste pas mal intéressant. Surtout plus original que les multiples répliques… Je ne sais pas pourquoi, mais la chanson Cringe du EP FEEL me fait penser à un mélange de Nirvana, de Bummer pis de genre Beach Slang. C’est bizarre dit de même, mais me semble que je ne suis pas fou. Anyway, j’ai toujours détesté les maudites comparaisons.