[CHRONIQUES] Accord Bière-Vinyle – Les Quatres Surfeurs De L’Apocalypso rencontre le post-rock

surfeur

Quand tu trouves la bonne tu le sais. Il n’y a pas vraiment de question à se poser, c’est juste comme ça. Elle est faite pour toi. Lorsque j’ai pris ma première gorgée des Quatre Surfeurs de l’Apocalypso, j’ai su immédiatement qu’elle était faite pour moi.

Notre première rencontre a eu lieu dans un dépanneur crados d’Hochelaga. J’ai posé mes yeux sur elle directement en entrant. Elle se démarquait des autres, par son étiquette originale qui représente si bien la micro-brasserie Le Trou Du Diable. C’est sûr qui ne faut jamais se fier à l’apparence, mais quand même, je me suis fait avoir. Bah, au pire, c’est 7$ dans les vidanges. Au moins, la bouteille est belle, ça va faire beau dans cuisine. En la vidant dans mon verre, rien de trop spécial, une couleur ben straight, une IPA qui semble digne des 200 autres IPA que j’ai bu dans ma vie. Non.

Pardonne-moi cette introduction un peu quétaine, c’est simplement qu’il s’agit d’une des meilleures bières que j’ai eu la chance de boire dans ma vie. Pis d’la broue, j’en ai goûté. Sur deux continents, autant de la microbrasserie que des bières commerciales. Depuis 3-4 ans, j’en achète quotidiennement, j’aime découvrir. J’aime être surpris. J’aime être déçu.  T’as beau l’aimer ou pas, c’est toujours le fun, parce que quand tu tombes sur une bière comme les Quatre Surfeurs De l’Apocalypso, tu comprends le feeling, de ne pas savoir à quoi t’attendre, pis de tomber en bas de ta chaise lorsque tu y trempes les lèvres.

Le concept est simple, c’est une blanche IPA. C’est sûr que quand tu fais un mélange entre deux styles de bière, tu peux te planter solide, ou bedon, gagner le gros lot. Pis c’est la deuxième option qui l’emporte dans notre cas. Je suis loin d’être le plus grand amateur d’IPA, mais je suis probablement le plus grand fan de blanche. Les Quatre Surfeurs, c’est une bière fruitée, mais pas simplement avec un zeste d’orange comme on en a l’habitude, on parle ici d’un next level. Une bière tropicale. On y décèle des arômes de litchi, de poire et d’ananas. C’est excessivement frais, la définition même d’une bière d’été. C’est ici que le côté IPA à l’américaine embarque, une amertume qui vient se fusionner parfaitement avec les arômes fruités, qui rend le tout distinct et qui donne à la bière un côté plus développé, plus original. Le darkside de cette bière, c’est sa disponibilité. Elle est embouteillée seulement au début de l’été. La plupart des dépanneurs spécialisés sont souvent limités à 2 caisses. Mais lorsque tu réussis à mettre la main sur elle, tu ne gaspilles pas ton opportunité.

Okay, pis maintenant tu mets quoi sur ta platine pour accompagner ton houblon ? Pour une bière aussi majestueuse, il faut avoir une musique qui vient accoter la bière. Je te conseille donc le nouvel album de C H R I S T – TOWER. Parce qu’il s’agit d’un album complexe, qu’on doit prendre le temps de délecter tout comme la bière que je viens de te présenter. Le mélange est tout simplement divin. La bière te met dans le bon mood et l’album te propulse loin. Très loin.

Tu peux commander ta copie de l’album de C H R I S T ici !

Pour la bière, elle est pratiquement impossible à trouver en cette période. Si tu en trouves une, mon numéro c’est le 514-92…..