[CHRONIQUES] Best of 2015 de PM

En 2015, je n’ai pas vraiment écrit sur le blogue. Ça n’empêche pas que j’avais envie de vous partager mes albums préférés de l’année, tant au niveau local qu’international. J’espère que vous apprécierez cette petite liste sans prétention. Bonne année 2016 à tout le monde!

Les 10 albums préférés de PM

Royal Headache - High

  1. Royal Headache – High

Ça faisait quelques années qu’un album résolument punk ne s’était pas glissé au sommet de mon best of de l’année. Évidemment, il y a de plus en plus de styles musicaux auxquels je consacre bon nombre d’heures d’écoute. C’est aussi parce qu’en vieillissant, il est facile d’être blasé d’un style que tu chéris depuis près de 15 ans. Ça prend quelque chose de spécial. Le second album de Royal Headache, High, a exactement cette remarquable différence qui lui confère le titre de chef-d’œuvre. Accrocheur comme les Clashs, incendier comme Ceremony, dansant comme Presley et passionné pour tout et rien à la fois comme nul autre. Un endroit mythique où l’amour et l’amertume subsistent ensemble avec romance et cynisme. Un grand moment de la musique.

Sufjan Stevens – Carrie And Lowell

  1. Sufjan Stevens – Carrie And Lowell

Sans censure, disjoncté, personnel et atypique. Une ode du 21e siècle qui ne peut définitivement pas laisser personne indifférent. Carrie And Lowell est le 7e album de l’américain et pourtant, il reste encore capable de se dépasser afin de créer le chef d’œuvre de sa carrière.

Ceremony – The L-Shaped Man

  1. Ceremony – The L-Shaped Man

Certaines personnes ont des personnalités sédentaires. D’autres, comme moi, ont toujours eu besoin d’être en mouvance. L’immobilisme les cimente comme un oiseau pris dans le goudron. Ces personnalités nomades sont faites pour changer, découvrir, se remettre en question et se confronter constamment avec leur façon de se percevoir. Le légendaire groupe californien n’a jamais su laisser la routine s’installer dans leur processus musical, et ceci, bien que très déboussolant, me correspond tout à fait. J’ai l’impression de changer à la même vitesse et d’être sur une même longueur d’onde à chaque sortie d’album.

Beach House – Depression Cherry

  1. Beach House – Depression Cherry

Parfois (lire tous les jours), il m’arrive de vouloir m’évader seul. De n’avoir que des vagues, champs ou montagnes sous mes pieds et de pouvoir partir sans regarder derrière. Créer mon chemin et rendre mes réflexions tangibles – mes rêves concrets. Dans ces moments-là, Depression Cherry est la trame sonore parfaite pour me laisser m’évader. Au même niveau que Souvlaki ou Nowhere, il s’agit d’une merveille de la musique et le meilleur compagnon pour vivre dans son plus profond intérieur.

Father John Misty – I Love You, Honeybear

  1. Father John Misty – I Love You, Honeybear

Comme à chaque année, j’aime me laisser surprendre par un artiste internationalement célèbre qui m’est inconnu. Cette année, j’ai été complètement émerveillé par la plume sensible de Father John Misty. Bien que l’allusion ecclésiastique avait tout pour me désintéresser, je me remercie d’avoir été capable de passer par-dessus pour m’imprégner du monde de Joshua Tillman. L’album est marqué d’une incroyable personnalité : riche, pleine de regret et de cynisme. Bored in The USA est a elle seule une incroyable ballade et une jolie pointe à l’ethnocentrisme américain.

Foxing – Dealer

  1. Foxing – Dealer

Le premier band emo de la liste et l’un des seuls que j’attendais avec impatience qui ne m’a pas déçu. Le quintet du Missouri avait frappé très fort en 2013 avec leur premier album, The Albatross. Beaucoup plus posé, moins spontané et beaucoup plus travaillé, Dealer est une excellente suite. Un album envoutant auquel il faut prendre le temps d’écouter pour bien capter toute la subtilité de l’œuvre.

Baroness - Purple

  1. Baroness – Purple

Je dois l’avouer, le hard-rock n’a jamais été mon genre de prédilection. Cette année je me suis surpris à capoter sur quelques groupes d’une tout autre trame qu’à mon habitude. Baroness fait partie de cette liste. Leur tout nouvel album est un excellent mélange de rythmes effrénés et de mélodies massives. Il n’y a aucune barrière infranchissable quand on écoute cet album à haut volume.

Turnover – Peripheral Vision

  1. Turnover – Peripheral Vision

Il me restera toujours une certaine place pour une écoute émotive me faisant ressortir mes sentiments à fleur de peau. Quittant les clichés pop-punk pour explorer des sonorités synthétiques hautement accrocheuses, ce deuxième album de Turnover est à la fois doux et diversifié. Des harmonies simples, déchirantes et sachant t’envelopper dans des couvertures chaudes et familières. Du véritable bonbon!

California X - Nights in the dark

  1. California X – Nights in The Dark

Depuis sa sortie en janvier dernier, ce second album de California X m’a accompagné à travers le lancement de notre troisième zine et plusieurs moments où je me sentais confiant et fonceur. J’adore l’univers dans lequel le quatuor du Massachusetts nous amène avec leurs puissantes guitares et leur champ lexical grandiose.

Protomartyr – The Agent Intellect

  1. Protomartyr – The Agent Intellect

Le plus grand signe d’ouverture s’exprime très souvent dans le fait de ne pas s’arrêter au premier feeling. La première fois que j’ai vu Protomartyr, c’était avec Parquet Courts au feu Il Motore et pour être honnête, le groupe m’avait laissé plutôt indifférent. Un manque d’énergie et d’originalité. En bref, un autre groupe post-punk suivant les traces déjà trop bien tracé par une panoplie de contemporains. Avec The Agent Intellect, le style se réinvente en une multitude d’harmonies et de sentiments viscéralement authentiques. L’œuvre devient dès lors un classique défiant toutes les étiquettes.

Mentions spéciales : Hollow Sunshine, Gold, Weed, Elvis Depressedly, Uncle Acid & The Deadbeats, Run Forever, The Tallest Man on Earth…

Les 10 « premiers albums » préférés de PM

King Woman - Doubt

  1. King Woman – Doubt

Courtney Barnett – Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit

  1. Courtney Barnett – Sometimes I Sit and Think, and Sometimes I Just Sit

Nite Fields – Depersonalisation

  1. Nite Fields – Depersonalisation

Viet Cong - Viet Cong

  1. Viet Cong – Viet Cong

Stove - Is Stupider

  1. Stove – Is Stupider

Westkust – Last Forever

  1. Westkust – Last Forever

Petal - Shame

  1. Petal – Shame

Leon Bridges – Coming Home

  1. Leon Bridges – Coming Home

Chain of Flowers – Chain of Flowers

  1. Chain of Flowers – Chain of Flowers

Drab Majesty – Careless

  1. Drab Majesty – Careless

Les 10 sorties locales préférées de PM

Milk & Bone – Little Mourning

  1. Milk & Bone – Little Mourning

C H R I S T – Tower

  1. C H R I S T – Tower

Dernier Sex – 3-song EP

  1. Dernier Sex – 3-song EP

Big Brave - Au De La

  1. Big Brave – Au De La

Milanku - De Fragments

  1. Milanku – De Fragments

Ought – Sun Coming Down

  1. Ought – Sun Coming Down

Gulfer - What Gives

  1. Gulfer – What Gives

No Joy – More Faithful

  1. No Joy – More Faithful

IDALG – Post Dynastie

  1. IDALG – Post Dynastie

A Death In Canada – Slow Assembly

  1. A Death In Canada – Slow Asslemby